Terriennes

#MeToo : que faut-il attendre du procès Weinstein ?

Harvey Weinstein lors de son arrivée au tribunal à New York, le jour de l'ouverture d'un procès qui doit durer six semaines, à New York. 
Harvey Weinstein lors de son arrivée au tribunal à New York, le jour de l'ouverture d'un procès qui doit durer six semaines, à New York. 
©AP Photo/Mark Lennihan

L'homme par qui le scandale est arrivé. Harvey Weinstein passe devant ses juges à partir de ce lundi 6 janvier à New York, lors d'un procès qui s'annonce ultra-médiatisé. Le producteur de cinéma américain est poursuivi pour viol et agressions sexuelles, deux ans après un scandale qui a engendré le mouvement #MeToo et fait tomber de nombreux hommes de pouvoir.

Depuis les révélations du New York Times, le 5 octobre 2017, elles sont au total plus de 80 femmes, y compris des célébrités comme Gwyneth Paltrow, Angelina Jolie ou Léa Seydoux, à avoir accusé celui qui pendant des décennies a régné en maitre absolu sur Hollywood de les avoir harcelées ou agressées sexuellement .

Chargement du lecteur...
©TV5monde

Vêtu d'un costume sombre, l'ancien magnat de Hollywood de 67 ans est arrivé au tribunal, marchant à l'aide d'un déambulateur suite à des problèmes de dos. Il a dû passer devant une quinzaine de femmes qui l'accusent de les avoir agressées sexuellement, armées de pancartes demandant "Justice pour les survivantes". Parmi elles figuraient les actrices Rosanna Arquette et Rose McGowan.

<p>L'actrice Rose McGowan, à droite, prend la parole lors d'une conférence de presse, aux côtés de Rosanna Arquette, au centre, devant la Cour de Manhattan à l'ouverture du procès d'Harvey Weinstein, le 6 janvier 2020 à New York.  </p>

L'actrice Rose McGowan, à droite, prend la parole lors d'une conférence de presse, aux côtés de Rosanna Arquette, au centre, devant la Cour de Manhattan à l'ouverture du procès d'Harvey Weinstein, le 6 janvier 2020 à New York.  

©AP Photo/Mark Lennihan

Le procès qui s'est ouvert lundi 6 janvier à New York au tribunal de l'Etat de Manhattan ne concerne directement que deux d'entre elles, signe de la difficulté de construire un dossier pénal sans preuve matérielle et sans témoin, autour d'allégations qui remontent souvent à plusieurs années.
 

De nouvelles accusations

Le jour même de l'ouverture de ce procès, la procureure du district de Los Angeles, Jackie Lacey déclarait sur la chaîne ABC qu'Harvey Weinstein était accusé d'avoir violé une femme et agressé sexuellement une autre dans des incidents distincts sur une période de deux jours en 2013.

 
[Harvey Weinstein inculpé de nouveaux délits sexuels à Los Angeles alors que son procès sur des accusations de viol et d'agression sexuelle commence à New York.]

Deux accusatrices face à leur "prédateur"

Mimi Haleyi, lors d'une conférence de presse en octobre 2017.
Mimi Haleyi, lors d'une conférence de presse en octobre 2017.
©AP Photo/Seth Wenig

La première est son ancienne assistante de production Mimi Haleyi. Elle accuse Harvey Weinstein de l'avoir agressée sexuellement dans son appartement new-yorkais en juillet 2006. La seconde victime déclarée préfère rester anonyme. Elle l'accuse de l'avoir violée en mars 2013 dans une chambre d'hôtel, également à New York. La défense a déjà produit une série de correspondances montrant, selon elle, que cette femme a eu une relation amoureuse suivie avec son agresseur présumé durant plusieurs années après les faits allégués.

Il est clair que ce sera le procès pénal le plus en vue aux Etats-Unis qui sera suivi dans le monde entier.
Gloria Allred, avocate de Mimi Haleyi

L'acte d'accusation a été modifié en août pour inclure l'actrice Annabella Sciorra, qui affirme avoir été sexuellement agressée par l'ex-magnat du cinéma américain en 1993. Si les faits la concernant sont prescrits, ils doivent permettre à l'accusation d'étayer le chef d'inculpation de comportement sexuel "prédateur", qui fait risquer la perpétuité au producteur.

"Il est clair que ce sera le procès pénal le plus en vue aux Etats-Unis", qui "sera suivi dans le monde entier", estime  Gloria Allred, avocate de Mimi Haleyi et de l'actrice Annabella Sciorra. Le juge d'Etat James Burke a accepté que la comédienne de 59 ans, qui dit avoir été violée par l'accusé durant la période 1993-94, témoigne au procès. Trois autres victimes déclarées pourraient témoigner: le juge a autorisé le témoignage de trois femmes supplémentaires dont l'identité n'est pas connue. Une affirme avoir été violée par Harvey Weinstein à Beverly Hills en 2013. La nature exacte des deux autres incidents, intervenus en 2004 et 2005, n'est pas connue.

La procureure est Joan Illuzzi-Orbon, elle mènera l'accusation lors du procès, forte de plus de trois décennies d'expérience. Avant le début du procès, elle a obtenu le relèvement de la caution de l'accusé, qu'elle accusait de prendre des libertés avec sa surveillance électronique. Elle dirigeait en 2011 l'équipe qui enquêtait sur Dominique Strauss-Kahn et l'incident du Sofitel. Elle avait recommandé l'abandon des poursuites, finalement acté, contre le directeur du Fonds monétaire international.

Face à la procureure, une autre femme. Ce n'est évidemment pas un hasard si Harvey Weinstein a choisi Donna Rotunno pour le défendre. Depuis le début de sa carrière, cette pénaliste de Chicago, âgée de 44 ans, a déjà défendu avec succès des dizaines d’hommes accusés d’agressions. "Quand j’interroge quelqu’un à l’audience, je peux aller beaucoup plus loin qu’un avocat masculin", déclarait-elle dans la presse, en février 2018.

Aucun remords, ni regrets

Libéré sous caution, bracelet électronique à la cheville, il s'est plusieurs fois rendu à Manhattan. Fin octobre, plusieurs femmes l'ont pris à partie dans un bar, le traitant de "violeur" et de "monstre", avant d'être expulsées. Dans une interview au New York Post mi-décembre, il n'a exprimé aucun remord et se plaignait même qu'on ait oublié sa brillante carrière. "J'ai fait plus de films réalisés par des femmes et sur des femmes que n'importe quel producteur (...) J'étais le premier! J'étais le pionnier!" a-t-il déclaré, suscitant un tollé. Après plus d'un an de négociations, plus d'une trentaine de femmes qui accusent le producteur américain Harvey Weinstein d'agressions sexuelles ont accepté en décembre de signer un accord financier de 25 millions de dollars (22 millions d'euros). 

Le producteur déchu de 67 ans a toujours assuré que ses relations sexuelles étaient consenties et devrait à nouveau plaider non coupable. 

Notre article >#MeToo : Harvey Weinstein, l'ultime provocation avant son procès ?

Une condamnation de l'ancien patron du studio Miramax serait une victoire majeure pour le mouvement qui combat harcèlement sexuel et discrimination à Hollywood et au-delà. Mais que faut-il en attendre vraiment ? Nous avons posé la question à Hélène Quanquin, spécialiste des Etats-Unis et des mouvements féministes américains, professeure à l'Université de Lille.

Terriennes : que faut-il attendre de ce procès qui s'annonce retentissant ... Peu de plaintes ont été retenues au final, et la défense de Weinstein fait tout évidemment pour démonter le dossier, y-a-t-il un risque que ce procès soit un échec ?

Hélène Quanquin, professeure de civilisation et histoire des Etats-Unis à l'Université de Lille. Ses domaines de recherche portent sur l'histoire des femmes et du genre et l'histoire des féminismes aux Etats-Unis, notamment au XIXe siècle.
Hélène Quanquin, professeure de civilisation et histoire des Etats-Unis à l'Université de Lille. Ses domaines de recherche portent sur l'histoire des femmes et du genre et l'histoire des féminismes aux Etats-Unis, notamment au XIXe siècle.
©lesexpertes

Hélène Quanquin​ : Je pense que le procès se tienne est en soi un événement important et une victoire au regard de la personnalité qui se retrouve sur le banc des accusés (un homme extrêmement puissant dans le monde du cinéma, pratiquement intouchable jusqu'à récemment). Il est possible qu'il ne soit pas condamné pour diverses raisons (le processus complexe de sélection du jury, le peu de plaintes au final retenues, la stratégie de la défense qui affirmera que les femmes étaient toutes dans des relations consensuelles), mais je pense que ce procès et l'affaire Weinstein plus généralement sont des moments importants.

D'autres procès sont-ils attendus, car Weinstein n'a pas agi seul, il a bénéficié de complicité ou du moins du soutien ou silence de nombreuses personnes, des acteurs, réalisateurs et scénaristes ... Des poursuites ont-elles été engagées contre certains d'entre-eux ?
 

A ma connaissance, aucune poursuite n'a été engagée contre d'autres personnalités en lien avec l'affaire Weinstein. Il a bénéficié bien entendu de complicités, mais c'est surtout le silence qui frappe ici. Il est évident que beaucoup de personnes étaient au courant de ses agissements et n'ont rien dit et ont même continué de travailler avec lui. C'est bien le signe de son pouvoir dans le milieu du cinéma (il avait la réputation de faire et défaire des carrières, ce dont il s'est souvent vanté).

Weinstein, l'homme par lequel MeToo est arrivé ... Qu'est ce qui a changé vraiment, dans l'industrie du cinéma et ailleurs ? 

Je pense que l'affaire Weinstein a été très importante, mais elle arrive après d'autres affaires, comme celle de Bill Cosby. Plus que Weinstein lui-même, je retiens surtout le mouvement qui a suivi. Il serait illusoire de penser que tout a changé depuis, mais je pense qu'il sera plus difficile (mais pas impossible non plus) à partir de maintenant pour une telle personnalité de sévir. Surtout, je pense que cela a permis à beaucoup de femmes (et d'hommes) de prendre la parole et de briser l'isolement qui est l'un des résultats des agressions sexuelles. Pour preuve, beaucoup des femmes qui ont accusé Weinstein seront présentes lundi en signe de soutien.

La vague post-me too a déferlé partout dans le monde, on parle d'un avant et après Weinstein ... Peut-on expliquer pourquoi ce mouvement est parti des Etats-Unis, alors qu'on voit comment en France, (ou sur le "vieux continent") la résistance est grande (affaire Polanski par exemple...) quelle est votre analyse ?
 

En ce qui concerne les Etats-Unis, il y a bien sûr une longue histoire du mouvement féministe, mais aussi des précédents probablement plus anciens qu'en France (même si je ne suis pas spécialiste de la France). Je pense à l'affaire Anita Hill, qui témoigna devant le Sénat en 1991 contre Clarence Thomas au moment de sa nomination à la Cour Suprême. C'est un précédent très important pour la question du harcèlement sexuel aux Etats-Unis. On sait aussi que le hashtag et le mouvement MeToo sont anciens (ils ont été créés par une militante africaine-américaine Tarana Burke). En ce qui concerne la France, je pense qu'on caricature très souvent les Etats-Unis, et notamment les mouvements d'émancipation qui en sont issus (le féminisme, mais on peut aussi parler du débat souvent caricatural sur le "communautarisme" étatsunien, ou encore du "puritanisme" supposé américain). 

Manifestion pour les droits des femmes, lors de la "Women march", le 19 janvier 2019, à Washington.
Manifestion pour les droits des femmes, lors de la "Women march", le 19 janvier 2019, à Washington.
©AP Photo/Jose Luis Magana

Le mouvement féministe américain est-il plus entendu depuis l'affaire Weinstein, dans l'Amérique de Trump ( droit à l'IVG menacé, subventions au planning familial supprimées, mouvement pro-vie etc ? )

Selon moi, si l'élection de Trump n'a pas créé un nouveau mouvement, elle a été à l'origine d'une urgence féministe qui explique la popularité et la visibilité plus grande des mouvements féministes actuels. Cela se conjugue avec le mouvement Black Lives Matter, créé par des femmes noires, mais aussi la question générationnelle (utilisation des réseaux sociaux) et la résurgence d'un mouvement socialiste autour de Bernie Sanders ainsi que de plus jeunes femmes comme Alexandria Ocasio-Cortez.

Pour conclure, si Weinstein est condamné très lourdement "pour l'exemple", ce serait plus qu'une victoire  ? 

Si Weinstein était condamné, ce serait bien entendu une grande victoire, mais il est loin d'être le seul à avoir été accusé. Il est donc possible qu'il y ait d'autres procès à venir (même si le fait que souvent les affaires soient conclues en dehors des tribunaux rend la probabilité de procès moins grande).