Michèle Rivasi, eurodéputée : une vie au service de l'écologie

Michèle Rivasi est décédée ce mercredi 29 novembre 2023 à la suite d'un malaise cardiaque, à Bruxelles. Femme politique de conviction, fervente défenseure de l'environnement engagée au sein du parti écologiste, elle était élue au Parlement européen depuis quatorze ans. 

Image
Michèle Rivasi

Michèle Rivasi, 70 ans, est décédée suite à une crise cardiaque, le mercredi 29 novembre 2023, à Bruxelles. Ici, on la voit lors d'une intervention en duplex dans le journal de TV5monde, le 14 février 2023. 

©TV5monde
Partager2 minutes de lecture

À la veille du 28ème sommet mondial sur le climat, la COP 28, à Dubaï, c'est une voix européenne pour la défense de l'écologie et la protection de l'environnement qui s'éteint. 

"Figure inspirante, stimulante et engagée, fondatrice d’associations comme la Criirad en 1986, au lendemain de Tchernobyl, le Criirem en 2005, Association Zones Blanches en 2014, toujours prête à défendre les principes qu’elle chérissait, Michèle Rivasi a consacré sa vie à la protection de la biodiversité et de notre santé, au combat pour la transparence de nos institutions dans l’intérêt des citoyens européens", c'est en ces termes que le Parlement européen a annoncé le décès de la députée, ce mercredi 29 novembre 2023. 

Elle était notamment connue pour avoir fondé la CRIIRAD, la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité, au lendemain de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, le 26 avril 1986. Professeure agrégée de sciences naturelles, elle émet publiquement des doutes sur la théorie du nuage radioactif qui s'arrête à la frontière, en parlant de "mensonge d'Etat". Elle fait des prélèvements dans la nature pour analyser des résidus de radioactivité et fonde la Commission pour contrer le monopole de l'État sur ces études.

Tweet URL

Un engagement écologiste

À l'époque où elle était députée, Michèle Rivasi a aussi lutté contre le scandale de la peinture au plomb dans les écoles. 

Elle a laissé une empreinte indélébile sur de nombreux aspects de la législation européenne, par son travail acharné et sa pugnacité sans égale. Communiqué Parlement européen

"Élue députée de la Drôme en 1997, vice-présidente du conseil général de la Drôme, conseillère municipale à Valence, puis en tant que députée au Parlement européen en 2009, elle a travaillé sans relâche pour faire avancer les dossiers qui lui tenaient à cœur. Membre active d’EELV et des Verts/ALE, elle a laissé une empreinte indélébile sur de nombreux aspects de la législation européenne, par son travail acharné et sa pugnacité sans égale", ajoute le communiqué du Parlement européen.

Lanceuse d'alerte

En 1997, Libération la qualifie de "bête noire du lobby nucléaire". Dans le livre Ce nucléaire qu'on nous cache, co-écrit avec la journaliste Hélène Crié, elle dénonce des manipulations de chiffres par l'État, des mensonges, des dissimulations concernant le nucléaire. 

nucléaire couverture livre

En janvier 2015, elle lance aux côtés de nombreux médecins comme Irène Frachon et d'élus écologistes l'appel pour une opération "Mains propres sur la santé" pour dénoncer la mainmise des laboratoires pharmaceutiques ur les décisions sanitaires en France.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

En février 2023, l'eurodéputée s'était exprimée sur le plateau de TV5monde sur l'affaire des sms échangés entre la présidente de la Commission européenne et le PDG du laboratoire Pfizer  crée des remous à Bruxelles. Une affaire révélée par le New York Times qui avait saisi la justice pour obliger la Commission à dévoiler ces échanges. "Je me réjouis de cette saisie de la justice", commentait alors Michèle Rivasi.

Michèle Rivasi figure parmi les premières femmes politiques à combattre le glyphosate. En octobre 2017, dans l'émission Le Bar de l'Europe sur TV5monde, elle n'hésite pas à viser les lobbys tout en dénonçant "l'opacité" du Parlement à ce sujet : "Quand on leur demande de nous donner les études scientifiques qui les ont conduit à conclure que le glyphosate n'était pas cancérigène, on nous répond 'secret d'affaires'. Donc c'est opacité, et conflit d'intérêts. Ils ne sont pas dans l'intérêt général, ils ont aussi peur de procès par rapport à Monsento".

Pendant l’épidémie de Covid-19, ses positions contre la vaccination obligatoire, et ses déclarations dans lesquelles elle comparait le passe sanitaire à l’apartheid avaient suscité la polémique. 

Hommage politique

Son équipe au Parlement européen a tenu à saluer "son courage, son intégrité et sa proximité avec les gens. Ses qualités de cœur, jusqu’au bout". Sa disparition "est une perte immense pour l’écologie politique, la démocratie européenne, et pour tous celles et ceux qui ont eu le privilège de la connaître et de travailler à ses côtés". 

Tweet URL

De nombreuses personnalités de sa famille politique ont fait part de leur tristesse via les réseaux sociaux. Sur X, anciennement Twitter, Marie Tondelier se déclare "sous le choc". Marie Toussaint, future tête de liste EELV pour 2024, salue "la grande Michèle Rivasi".  

Tweet URL

 

Lire aussi dans Terriennes :