Mondiaux de gym : Simone Biles revient et s'envole

Après deux ans de pause, Simone Biles revient au sommet de son art. Un retour spectaculaire pour la gymnaste américaine qui repart des Championnats du monde à Anvers en Belgique avec quatre médailles, deux en équipe et deux en or en individuel à la poutre et au sol. Lors des qualifications, elle avait déjà imposé son style en réussissant un double saut carpé qui maintenant porte son nom. 

Image
Simone Biles

Simones Biles, 26 ans, fait son retour, deux ans après des JO de Tokyo éprouvants, durant lesquels la gymnaste avait dû abandonner pour raisons de santé.

©AP Photo/Virginia Mayo
Partager4 minutes de lecture

Ne dites plus un Yourchenko, mais un Biles ! À 26 ans, la gymnaste américaine et quadruple championne olympique est la première femme à le réussir dans une compétition internationale.

Tweet URL

Il a été récompensée d'une note de 15,266 points, loin devant la concurrence. Et encore ! Son entraîneur s'étant positionné sur le côté du tapis par sécurité, il lui a été retiré 0,5 point de pénalité.

Simone Biles survole les qualifications à Anvers

Simone Biles survole les qualifications des championnats du monde de gymnastique qui se déroulent à Anvers en Belgique, en réussissant notamment le fameux double saut carpé "Yurchenko", rebaptisé le "Biles", jamais réalisé jusqu'ici par une femme en compétition. 

©AP Photo/Virginia Mayo

Le "Yourchenko" devient le "Biles"

L'Américaine, lumineuse dans son justaucorps turquoise à paillettes, a commencé ses qualifications par un exercice maîtrisé aux barres asymétriques , avant d'enchaîner par des variations impeccables à la poutre et au sol. Mais c'est au saut de cheval qu'elle a le plus ébloui le public de la capitale du diamant.

Les gens, j'espère, réalisent que c'est peut-être la seule fois de leur vie qu'ils verront un saut comme celui-ci réalisé par une gymnaste féminine. Il est temps d'apprécier cela. Laurent Landi, coach de Simone Biles

"Elle l'a fait! C'est tout ce que je peux dire", a souri son coach, le Français Laurent Landi. "Elle gère ses nerfs, elle gère la pression... C'était le dernier agrès (le saut), avec de la fatigue... C'est super, c'est super." "Les gens, j'espère, réalisent que c'est peut-être la seule fois de leur vie qu'ils verront un saut comme celui-ci réalisé par une gymnaste féminine. Il est temps d'apprécier cela", a -t-il ajouté à propos de ce fameux saut.

Un saut qui démarre par une impulsion en rondade et se poursuit par un double salto arrière, le corps plié en deux et les jambes tendues. Il a finalement fallu ces Mondiaux belges pour l'inscrire dans le code de notation de la gymnastique, 21 ans après le Chinois Yang Wei. Signe de sa difficulté, seuls une poignée de gymnastes masculins l'ont osé en compétition.

Avec ce saut, qui demande à la fois puissance, vitesse, technique et sens du timing, Simone Biles baptise un cinquième élément technique à son nom dans le code de la gym. Dans cette même salle il y a dix ans, la Texane avait remporté quatre médailles dont l'or au concours général et au sol, où elle avait présenté la première acrobatie qui porte depuis son nom et qu'elle a encore présentée ce 1er octobre (double salto arrière corps tendu avec un demi-tour).

De quoi faire des émules ... Depuis, toujours aux championnats du monde d'Anvers, la Panaméenne Hillary Hiron, a réussi le double saut, mais au sol cette fois.

Tweet URL

Deux ans après des JO ratés

Ce "Biles", Simone le maîtrise en fait depuis 2021. Elle avait prévu de le réaliser aux Jeux de Tokyo. Mais ces JO ont été particulièrement éprouvants psychologiquement pour la jeune femme. Arrivée au Japon en tant que grande favorite après ses quatre titres remportés cinq ans plus tôt à Rio, la gymnaste avait craqué, se retirant de la plupart des épreuves à cause de "twisties", des pertes brutales de tout repère dans l'espace.

Aujourd'hui, elle donne l'impression de n'avoir jamais arrêté. Pourtant la quadruple championne olympique a complètement coupé avec la gym pendant plus d'un an pour prendre soin de sa santé mentale et n'est revenue à la compétition qu'en août dernier.

Simone Biles médaillée d'or

Simone Biles, 26 ans, repart d'Anvers avec 4 médailles, dont deux d'or en individuel, après deux ans d'absence l'Américaine revient au plus haut. 

Crédit AP Photo/Geert vanden Wijngaert

De nouveau au sommet

L'Américaine a coiffé ses 22e et 23e couronnes mondiales et repart de la compétition avec quatre titres, à moins de dix mois des Jeux olympiques de Paris. Déjà titrée par équipes et au concours général dans ces Mondiaux, la gymnaste a décroché deux fois l'or, d'abord à la poutre puis au sol.

"Je n'ai pas les mots en fait", a -t-elle réagi. "L'énergie de la foule, la compétition... Je suis juste ravie d'être là, de ressentir de nouveau la pression. Je pense que j'ai beaucoup appris pour aller de l'avant."

Tweet URL

Sororité contre le racisme

Le 23 septembre dernier, la quadruple médaillée d'or aux Jeux olympiques a confié sur X (ex-Twitter) avoir « le cœur brisé » après avoir visionné une vidéo filmée lors d’une compétition de gymnastique qui s'est tenue à Dublin, en mars 2022. Lors de la remise de médaille, une seule des jeunes gymnastes présentes ne reçoit rien, une fillette noire. Pointée du doigt, la Fédération irlandaise de gymnastique a présenté ses excuses, plus que tardives, des mois après la compétition.

Il n'y a pas de place pour le racisme, dans n'importe quel sport et nulle part ailleurs. Simone Biles

Depuis, la jeune gymnaste a reçu une médaille. Insuffisant pour la mère de la fillette qui a diffusé la vidéo sur les réseaux sociaux. La famille poursuit son combat et appelle à mettre en place des formations pour le personnel de tous les corps sportifs du pays contre le racisme et les préjugés. 

Tweet URL

C'est d'ailleurs la maman, qui avait envoyée la vidéo à Simone Biles. La championne olympique a envoyé une vidéo de soutien à la jeune athlète dans laquelle elle a tenu à rappeler qu'« Il n'y a pas de place pour le racisme, dans n'importe quel sport et nulle part ailleurs ».

Lire aussi dans Terriennes :