Terriennes

Mozn Hassan ou le combat d'une féministe en Egypte sous la gouvernance de Abdel Fattah al-Sissi

Mozn Hassan et son ONG lors de la réception du "Right Livelihood Award" en 2016 « <em>pour leur engagement en faveur de l'Égalité et les Droits des Femmes, pour réduire les violences, abus et discriminations</em> »
Mozn Hassan et son ONG lors de la réception du "Right Livelihood Award" en 2016 « pour leur engagement en faveur de l'Égalité et les Droits des Femmes, pour réduire les violences, abus et discriminations »
© Roger Anis/Right Livelihood Award Foundation

Aux derniers jours de septembre 2018, Amal Fathy était condamnée à deux ans d'emprisonnement, pour avoir diffusé sur les réseaux sociaux une vidéo attestant le harcèlement sexuel au Caire. Les juges ont argué de "diffusion de fausses nouvelles". Nous avons demandé à une autre féministe, Mozn Hassan, de décrire la condition des militantes de la cause des femmes dans l'Egypte de Abdel Fattah al-Sissi. 

dans

Nous avions déjà rencontré Mozn Hassan. C'était à la fin de l'hiver 2017, et cette militante presque quadragénaire nous avait déjà raconté les difficultés à défendre les droits des femmes, dans une Egypte verrouillée après la révolution de 2011. Le 11 janvier 2017, un tribunal avait ordonné le gel des avoirs personnels de Mozn, ainsi que ceux de son association Nazra For Feminist studies, dans le cadre de l’affaire dite des “ONGs financées par l’étranger”, suspectées de comploter contre le gouvernement. Une entrave à son action mais aussi à sa vie quotidienne puisqu'elle n'avait plus accès à son argent. “Je ne suis pas surprise du verdict”, confiait-elle alors. “Mais c’est la première fois qu’une organisation enregistrée au Ministère de la solidarité sociale et approuvée par lui fait les frais d’une condamnation et d’un gel de ses avoirs”. Et elle ajoutait : “ils savent mieux que les femmes, ce qui est bon pour les femmes”.

Sur tous les fronts des droits des femmes en Egypte

Féministe bien avant la révolution de 2011, après deux masters en droit international des droits humains (2002 et 2005) elle avait soutenu  une thèse sur "les interprétations légales du droit au divorce, de la polygamie et des mouvements féministes égyptiens".  C'était juste avant de fonder "Nazra for Feminist Studies", une organisation qui s'est attaqué en particulier aux abus sexuels dans la rue, en documentant et dénonçant depuis sa création en 2005 un nombre effarant d’agressions physiques et sexuelles, et qui a soutenu des milliers de femmes.

En 2011, elle recrutait des volontaires pour protéger les manifestantes pendant les rassemblements populaires qui accompagnent la révolution. L’organisation a proposé ensuite un soutien psychologique et juridique, mais aussi des soins médicaux. Elle a encouragé les Egyptiennes à prendre part à la vie politique, et a organisé une coalition pour faire pression sur les rédacteurs de la constitution de 2014 afin d'inclure les droits des femmes ainsi que les violences sexuelles dans le code pénal.

A retrouver sur cette première rencontre avec Mozn Hassan dans Terriennes : 
Violences faites aux femmes en Egypte : quand un régime se dit féministe et persécute les féministes

La condamnation de Amal Fathy, nouveau point de rupture

Cet engagement a valu à Mozn Hassan et à son ONG l'attribution en 2016 du Right Livelihood Award, connu sous le nom de "prix Nobel alternatif", marqué à gauche et écologiste, « pour leur engagement en faveur de l'Égalité et les Droits des Femmes, pour réduire les violences, abus et discriminations ».

Un voeu pieux semble-t-il... Le 29 septembre, une autre militante féministe égyptienne, elle aussi focalisée sur les agressions sexuelles a été condamnée à deux ans de prison... Amal Fathy, activiste de la « révolution de papyrus », avait diffusé une vidéo sur son compte Facebook en mai 2018 où elle expliquait qu’elle avait été victime de harcèlement sexuel alors qu’elle se rendait à sa banque. Elle critiquait aussi avec une certaine virulence l'échec du gouvernement égyptien à protéger les femmes.
Deux jours après la mise en ligne, les forces de sécurité égyptiennes débarquaient chez elle à l'aube et l’arrêtaient ainsi que son mari et son jeune fils, libérés peu après.

Amal Fathy a ensuite été traduite en justice pour « diffusion de fausses nouvelles dans l'intention de nuire à l'État égyptien et pour possession de "matériel indécent » ». Elle a été condamnée à un an de prison pour chacune des charges et à une amende de 10 000 livres égyptiennes (presque 500 euros) pour "insultes publiques". Le soutien pour sa libération s'organise désormais via les réseaux sociaux autour du mot dièse #FreeAmalFathy

"La prolongation de la détention de Amal Fathy à 45 jours supplémentaires montre combien les autorités égyptiennes tiennent compte de la liberté des personnes qui, comme Amal, sont pacifiques, malades et ont une famille à charge. Détenue injustement pour des raisons purement politiques." s'indigne ce collectif italien à l'occasion de la venue à la mi novembre du président égyptien en Italie, à la "Conférence de Palerme" (Sicile) sur l'avenir de la Libye. 

Cette sentance ne pouvait pas laisser non plus Mozn Hassan indifférente.  Nous avons recueilli sa réaction à cette nouvelle attaque et plus généralement ses vues sur l'évolution des droits des femmes en Egypte.

La détention et la condamnation d’Amal Fathy constituent une grave injustice et une violation de la liberté d’expression
Mozn Hassan, fondatrice de Nazra

Terriennes : Amal Fathy a été condamnée le vendredi 29 septembre 2018 à deux ans de prison. S’agit-il d’une attaque de plus des autorités contre les féministes ? 

Mozn Hassan : La détention et la condamnation d’Amal Fathy constituent une grave injustice et une violation de la liberté d’expression. Elle a également été visée et diffamée en raison de son sexe. Même si au cours des dernières années, la lutte contre la violence sexuelle a beaucoup progressé, grâce à plus de dix années de mobilisation et de revendications féministes. En 2014, l'article 306 du code pénal égyptien a été modifié afin d’incriminer pour la première fois le harcèlement sexuel en Égypte. En 2015, le Conseil national de la femme a lancé une stratégie nationale de lutte contre la violence à l'égard des femmes.
Déjà en 2013, des unités de lutte contre la violence à l'égard des femmes avaient été crées dans les commissariats de police. Cependant, beaucoup de ces politiques manquent de mise en œuvre et de suivi. Par exemple, il n’existe aucun mécanisme transparent permettant de suivre la mise en œuvre de la stratégie nationale et aucun moyen de savoir ce qui a été réalisé et comment, sauf par hasard.
L'une des améliorations positives a été la création d'une unité pour les femmes victimes de violence au sein du département de médecine légale, bien que ce ne soit qu'au Caire. De plus, de nouvelles politiques et législations restent nécessaires, car la loi égyptienne ne criminalise toujours pas la violence domestique ni le viol conjugal et définit le viol de manière étroite comme une simple pénétration vaginale au sens de l'article 267. C'est pourquoi il est nécessaire de voter une loi unifiée contre la violence à l'égard des femmes qui reconnaît et criminalise la violence sous toutes ses formes. En outre, les services fournis aux femmes survivantes, tels que les refuges, ne sont ni suffisants ni assez équipés pour prendre en charge les femmes victimes de violence. Il n'y a toujours pas de loi pour protéger les survivantes et les témoins dans les cas de violence sexuelle, ce qui signifie que la vie privée des victimes est violée elle aussi, les avocats des agresseurs pouvant accéder à leurs informations à partir des rapports de police. Et elles sont souvent traquées ou soumises à des pressions de la part de l'auteur et de sa famille. 

Vous aviez vous-même été sujette à une situation presque analogue…



Mozn Hassan : Le 20 juin 2018, j'ai été convoquée devant le juge d'instruction chargé de l'affaire 173, connue sous le nom de «Foreign Funding Case», puis libérée sous caution pour un montant de 30 000 livres égyptiennes (environ 1500 euros, une somme très importante en Egypte, ndlr). Je suis également interdite de voyager depuis juin 2016 et un verdict a été rendu le 11 janvier 2017 qui gèle mes avoirs personnels et ceux de l'association Nazra for Feminist Studies, pourtant enregistrée auprès du ministère de la Solidarité sociale en décembre 2007.

Sur cette photo du 14 juin 2014, des femmes égyptiennes brandissent des banderoles lors d'une manifestation contre le harcèlement sexuel au Caire, en Égypte. Les accusations d'inconduite sexuelle dirigées contre deux éminents avocats des droits humains en Égypte - dont l'un est un ancien espoir présidentiel - avaient une nouvelle fois ébranlé la société civile du pays, qui subit les pressions incessantes des autorités. 
Sur cette photo du 14 juin 2014, des femmes égyptiennes brandissent des banderoles lors d'une manifestation contre le harcèlement sexuel au Caire, en Égypte. Les accusations d'inconduite sexuelle dirigées contre deux éminents avocats des droits humains en Égypte - dont l'un est un ancien espoir présidentiel - avaient une nouvelle fois ébranlé la société civile du pays, qui subit les pressions incessantes des autorités. 
(AP Photo/Amr Nabil, File)

Les violences sexuelles ont toujours été commises par des acteurs étatiques et non étatiques.

Qu’en est-il de la répression des agressions et crimes sexuels dans la rue, en privé ou au travail ?



Mozn Hassan : Les violences sexuelles ont toujours été commises par des acteurs étatiques et non étatiques. Alors que 2017 a été déclarée « l’année de la femme » par l’État, peu de progrès ont été accomplis sur ce front, en dépit des demandes visant à adopter une loi unifiée contre la violence à l’égard des femmes et à modifier la loi sur le statut des personnes. La réalisation la plus remarquable de 2017 a été l’adoption de la « Stratégie nationale pour l’autonomisation des femmes 2030 ». En outre, une stratégie nationale de lutte contre la violence à l'égard des femmes a été annoncée et publiée le 7 mai 2015 mais, trois ans après nous soulignons l'importance de surveiller sa mise en œuvre. Malgré l'importance de la présence de politiques élaborées par l'État et réclamées par les groupes féministes, la persistance de crimes de violence sexuelle montre la présence de lacunes en leur sein, d'où l'importance de les surveiller et de les évaluer. 
La vague d'agressions sexuelles et de viols collectifs sur la place Tahrir et ses environs, qui a entraîné une mobilisation et a conduit à la conception de ces politiques par l'État, ne constituait pas une exception et l'État ne pouvait pas traiter ces politiques en tant que mesures temporaires prises au moment de la mobilisation sur les violences sexuelles et les ignorer maintenant.
Il est également nécessaire de concevoir et de mettre en œuvre des politiques de lutte contre la violence à l'égard des femmes dans les syndicats égyptiens. La journaliste May Elshamy a été victime de harcèlement sexuel sur son lieu de travail et confrontée à des campagnes de diffamation mettant en péril sa sécurité personnelle et sa vie professionnelle. Les avocats ne font pas exception à la règle. Un exemple clair est celui de Hoda Abdel-Wahab qui a été agressée le 29 mars 2017 dans le syndicat par un autre membre de ce syndicat lors du renouvellement de sa carte de membre, sans que les coupables aient été tenus pour responsables. Il en va de même pour les enseignantes qui continuent de subir des violences sexuelles en raison du manque de mesures de sécurité pour elles, que ce soit dans les lieux où elles enseignent ou dans les transports publics.

La diffamation à l'encontre des femmes, féministes et activistes des droits humains est à la hausse

De plus, la diffamation à l'encontre des femmes, féministes et activistes des droits humains est à la hausse. Cela inclut les campagnes de diffamation des médias les présentant comme des espions ou des agents étrangers, et les médias sociaux sont souvent utilisés pour les diffamer et remettre en question leur comportement moral, en utilisant leurs images et en commentant la façon dont ils agissent ou se vêtissent. Les jeunes féministes sont de loin les plus ciblées en ligne et diffamées largement.

Qu'est-ce qui vous a décidé à vous engager dans des mouvements féministes?

Mozn Hassan : En tant que féministe, je crois que l'action collective et la solidarité avec les autres féministes au sein des divers mouvements féministes sont essentielles. Je me situe, moi et Nazra, dans le cadre d'un mouvement plus vaste, non seulement local, mais également régional et international. L'engagement avec les autres mouvements et organismes s’avère essentiel, car il est important pour nous de placer nos luttes dans l'histoire de celles qui nous ont précédées ainsi que d’observer les générations futures et de comprendre leurs approches, questionnements et actions. Nous ne travaillons pas seules dans le vide, mais dans un contexte et plus le mouvement est fort, plus il est en mesure d'exiger des changements dans la situation des femmes et de résister aux réactions négatives de l'État et de la société.

La répression contre la société civile et les féministes limite notre capacité à travailler librement

Lors des printemps arabes, en 2011, les contestations populaires, d'ampleur et d'intensité très variables ont permis l’émergence du féminisme dans le débat public. Mais qu’en est-il de la situation des femmes en 2018 en Egypte ?

Mozn Hassan : Bien-sûr, lorsque la sphère publique est ouverte, comme après la révolution de 2011, il y a plus de place pour la mobilisation et l'activisme, dont bénéficient les féministes, à l'instar des autres acteurs politiques. La situation en 2018 n’est pas aussi optimiste, en raison de la répression contre la société civile et les féministes, qui limite notre capacité à travailler librement, mais également en raison de l'absence de réalisations significatives et d'amélioration de la situation des femmes. La violence sexuelle reste une épidémie et les politiques et législations visant à lutter contre elle font défaut. Par exemple, des groupes féministes ont réclamé une loi unifiée pour lutter contre la violence à l'égard des femmes et malgré les promesses, les politiques existantes telles que la stratégie nationale de lutte contre la violence à l'égard des femmes lancée en 2015 manquent de mécanismes de surveillance. 

Quelles sont les causes de la discrimination et des violations des droits des femmes en Égypte ?

Mozn Hassan : Je pense que le patriarcat en tant que mécanisme social et politique est à l'origine de la discrimination et des violations des droits des femmes. Ici, on entend par patriarcat ou culture patriarcale, tout un système de croyances et de pratiques qui renforce l'infériorité des femmes par rapport aux hommes, les privant de leur libre arbitre, ainsi que du choix de disposer de leur propre corps… Bien entendu, le patriarcat regroupe d’autres facteurs, tels que les pratiques religieuses et culturelles, qui contribuent davantage à la violation des droits des femmes.

Sur cette pancarte d'autres manifestantes cairotes proclamaient, en février 2018, que "<em>le temps était venur d'arrêter les viols</em>"
Sur cette pancarte d'autres manifestantes cairotes proclamaient, en février 2018, que "le temps était venur d'arrêter les viols"
AP Photo/Amr Nabil, File

Parlez-nous de Nazra ? Quels sont les objectifs de l’association ? Comment l'organisation a-t-elle obtenue son statut légal ?

Mozn Hassan : Nazra est une organisation féministe créée en 2005 mais officiellement enregistrée auprès du ministère de la Solidarité sociale en décembre 2007. Les principaux objectifs de Nazra sont liés à la durabilité du mouvement féministe en Égypte, mais également dans la région. Nous travaillons dans ce domaine par le biais de trois programmes principaux : une impulsion à la participation politique des femmes ; les programmes de défense des droits humains des femmes, qui fournissent des services juridiques, psychologiques et médicaux aux victimes de violences sexuelles, en particulier dans les régions rurales ; et enfin le programme à destination des jeunes qui encadre et soutient les jeunes féministes dans différents gouvernorats. Nous pensons que, grâce aux différents outils de travail de ces programmes, nous contribuons à la continuité du mouvement féministe, qui est notre mission principale.
La fondation de Nazra était motivée par sa conviction et son engagement envers le féminisme et par le fait que la continuité du mouvement devait souvent se faire par des canaux structurés, d'où la nécessité d'une organisation féministe au sein de collectifs, d'initiatives ou d'organisations de la société civile. Nous avons obtenu notre statut par le biais des procédures officielles requises par le ministère de la Solidarité sociale en vertu de la loi 84 \ 2002 et sommes devenues une organisation dûment enregistrée en 2007.

Sans une sphère publique et civile ouverte, aucun changement ne peut être réalisé

Croyez-vous que la société égyptienne va évoluer sur les questions d’égalité hommes-femmes tout en promouvant des actions contre les violences domestiques et sexuelles ?

Mozn Hassan : Je crois fermement que le discours a connu une évolution majeure dans ce que nous appelons la quatrième vague du mouvement féministe égyptien. En janvier 2011, en raison de l'afflux massif de femmes dans la sphère publique, de nombreuses initiatives féministes ont été formées dans divers gouvernorats égyptiens et portent sur des questions telles que la violence et le harcèlement sexuels, le mariage tribal, le mariage d'enfants, la violence domestique et les mutilations génitales féminines. Elles ont réussi à mobiliser les jeunes femmes pour qu'elles parlent de la violence qu'elles subissent et via les réseaux sociaux ont permis de lever les tabous. Cependant, il est important de souligner que la fermeture de la sphère publique et le silence imposé à toute voix dissidente, ainsi que la répression exercée contre la société civile indépendante et les organisations féministes, auront inévitablement une incidence sur le champ d'action de la société civile. Le fait que les féministes soient décrites comme des agents et traîtres étrangers portant atteinte à la sécurité nationale a pour but de ternir leur crédibilité. Sans une sphère publique et civile ouverte, aucun changement ne peut être réalisé.

Dans son combat, Mozn Hassan peut continuer à compter sur la "Right Livelihood Award Foundation". Fin septembre 2018, elle s'adressait  directement au président al-Sissi en demandant l'appui du Conseil des droits humains des Nations Unies : "La Right Livelihood Award Foundation exhorte le gouvernement à abandonner les charges retenues contre Mozn Hassan et à clore l'affaire. Nous exhortons le Conseil des droits humains des Nations Unies à demander à l'Égypte de respecter pleinement ses obligations internationales en matière de droits humains et de cesser de poursuivre les défenseurs des droits humains."
A suivre...