Terriennes

Négligé par le féminisme : le travail invisible des femmes

Les femmes au foyer fournissent un travail quotidien réel et non rémunéré, invisible aux yeux de la société. Selon les autrices québécoises Camille Robert et Louise Toupin, à l'origine d'un ouvrage collectif sur le travail invisible des femmes, il serait même oublié des combats féministes.
Les femmes au foyer fournissent un travail quotidien réel et non rémunéré, invisible aux yeux de la société. Selon les autrices québécoises Camille Robert et Louise Toupin, à l'origine d'un ouvrage collectif sur le travail invisible des femmes, il serait même oublié des combats féministes.

Femmes au foyer, nounous, stagiaires ou aidantes... Leur travail est réel, mais invisible - et oublié des féministes ces dernières décennies, dont la lutte se concentrait sur l’intégration des femmes au marché du travail. C’est ce que soutiennent les Québécoises Camille Robert et Louise Toupin dans Travail invisible, portrait d’une lutte féministe inachevée.

Publié au Québec, l’ouvrage est composé d’une vingtaine de textes signés de féministes et d'intellectuelles d’horizons divers sur les différents visages de ce travail invisible.

Extension du domaine de l'invisibilité

Selon des chiffres fournis par le Programme des Nations unies pour le Développement, le PNUD, lors de la Conférence de l’ONU sur les femmes qui s'est tenue à Pékin en 1995, les femmes assurent la moitié du travail sur la planète. Or les deux tiers de ce travail ne sont pas rémunérés. Depuis, la situation n’a pas beaucoup évolué. Voire même, disent les auteures dans l’introduction, elle empire car "le travail invisible, en général, est en continuel progression partout, suivant le principe du capitalisme (…) On assiste à 'l’extension du domaine de l’invisibilité', bien au-delà de l’espace domestique. "

 
Mais voilà, estiment Camille Robert et Louise Toupin, "Le mouvement des femmes au Québec (comme celui de la plupart des pays) ne fit pas du travail invisible, domestique et de reproduction un enjeu collectif de lutte, laissant du fait même un impensé en matière de reproduction sociale". Elles proposent alors que cette question du travail invisible sous toutes ses formes, tant nouvelles que traditionnelles, devienne un réel enjeu des luttes féministes à venir.

Elles ont demandé à ces féministes et ces intellectuelles de dresser l’état des lieux et de proposer des "pistes de revendication ou d’action". "Avec cet ouvrage collectif, nous nourrissons donc l’espoir de voir cet enjeu de lutte réinscrit au programme des mouvements des femmes. Nous espérons ainsi donner par le fait même des outils, tant pour nourrir la réflexion collective que pour l’action", écrivent-elles.

Les nouveaux visages du travail invisible

Au-delà du travail domestique de la femme au foyer et de la ménagère, le travail invisible a pris de nouvelles formes au cours des dernières années - aider un proche à domicile ou intégrer sa famille à la société dans laquelle elle vient d’immigrer. Idem pour les femmes autochtones devenues invisibles à cause du racisme et du colonialisme. Les étudiants non payés lors de leurs stages dans les entreprises rentrent aussi dans la catégorie des travailleurs invisibles. Enfin un chapitre complet est consacré aux travailleuses du sexe, avec les témoignages de plusieurs d’entre elles sur leurs conditions de travail.

Des pistes de solution

Chacune des auteures soumet ses pistes. Annabelle Seery suggère de "rendre visible le fardeau de la charge mentale et de réfléchir aux rapports de classes sociales traversant cette question". Widia Larivière propose de reconnaître le travail politique des femmes autochtones dans la perspective de la décolonisation et la réconciliation. Sonia Ben Soltane recommande que "les politiques d’immigration et d’intégration tiennent compte des besoins selon le genre et la diversité culturelle et qu’elles reconnaissent le travail invisible d’intégration effectué par les femmes à l’intérieur des familles".
 
Irène Demczuk réclame une "stratégie nationale de la proche aidance" pour reconnaître "l’engagement massif des femmes dans ce secteur". Sandrine Belley, Annabelle Berthiaume et Valérie Simard plaident pour que les stages des étudiant.es soient rémunérés, et même pour qu’un salaire universel soit versé aux étudiant.es. Enfin, Jenn Clamen estime qu’il faut décriminaliser le travail du sexe, afin que celles qui y travaillent sortent de l’ombre et puissent pleinement intégrer la société.

Un phénomène à appréhender dans sa globalité    

Camille Robert et Louise Toupin concluent que pour faire avancer la cause du travail invisible, il faut l’appréhender dans sa globalité et non dans une perspective de problématiques indépendantes les unes des autres : "Or, si nous souhaitons mettre en place des changements concrets dans nos manières de vivre, de travailler, d’aimer, de prendre soin et d’éduquer, il est impératif de saisir la pratique du travail invisible dans sa globalité, à travers la sphère familiale, les programmes sociaux, les services publics, les milieux de travail et les espaces collectifs, pour ne nommer que ceux-ci".
 

Nous ne pourrons pas nous libérer et mieux vivre, collectivement si c’est au détriment de personnes vulnérables, précaires...
Camille Robert et Louise Toupin

Les deux auteures réclament également une solidarité qui transcendent les intérêts individuels ou corporatifs et rejettent les "solutions néolibérales, privées ou marchandes". Et de conclure : "Nous ne pourrons pas nous libérer et mieux vivre, collectivement si c’est au détriment de personnes vulnérables, précaires ou moins privilégiées qui sont 'laissées derrière'. Nous avons tout à gagner d’alliances entre les stagiaires non rémunérées et les enseignantes, entre les parents et les éducatrices à la petite enfance, entre les employées syndiquées et les travailleuses au noir, criminalisées, sans statut ou racisées, entre les mères précaires et les proches aidantes, ou entre les féministes autochtones et allochtones".

En un mot comme en cent : solidarité est le maître mot pour lutter contre le travail invisible des femmes.