Terriennes

Olivia Newton-John : la tête haute face au cancer du sein

Des fleurs sur l'étoile d'Olivia Newton-John à Los Angeles, le 8 août 2022.
Des fleurs sur l'étoile d'Olivia Newton-John à Los Angeles, le 8 août 2022.
©AP Photo/Damian Dovarganes

Elle s'est fait connaître dans le monde entier à l'affiche du film Grease aux côtés de John Travolta, et a marqué l'histoire de la pop avec des tubes culte comme You're the One That I Want. L'actrice et chanteuse Olivia Newton-John est morte à l'âge de 73 ans, après trente ans de lutte et d'engagement contre le cancer du sein.

Olivia Newton-Jones est "décédée paisiblement dans son ranch en Californie du Sud ce matin, entourée par sa famille et ses amis", a annoncé John Easterling, son mari, le 8 août 2022. Trois jours plus tôt, la chanteuse et actrice postait une dernière photo de son couple sur les réseaux sociaux :

L'actrice et chanteuse luttait depuis trente ans contre un cancer du sein. Elle avait subi une mastectomie et une chimiothérapie en 1992, puis deux récidives en 2013 et 2017. Ces dernières années, atteinte d’un cancer de stade 4, c'est-à-dire métastatique et présent dans tout son organisme, elle se savait condamnée.

Olivia Newton-John à Los Angeles en décembre 1990.<br />
 
Olivia Newton-John à Los Angeles en décembre 1990.
 
©AP Photo/Julie Parkes (archives)

Pourtant, elle disait avoir toujours refusé de savoir combien de temps les médecins lui donnait à vivre. Pour ne pas laisser la maladie prendre le pas sur son mental : "Je ne discute pas du pronostic. Je connais les statistiques, mais je les ai mises de côté. Je vais vivre plus longtemps que ça," déclarait-elle en 2019 sur la chaîne américaine CBS. “Je suis tellement chanceuse d'avoir vécu cela trois fois et d'être toujours en vie. Je vis avec ça et chaque jour est une bénédiction," confiait-elle à la télévision australienne il y a encore deux ans.

Dès l'annonce de sa maladie, alors qu'elle avait la quarantaine, elle a mis toute son énergie et sa notoriété au service de la lutte contre la maladie, quitte à utiliser des méthodes alternatives. "Olivia a été un symbole de triomphe et d'espoir depuis trente ans en partageant son expérience sur le cancer du sein", écrit son mari.

Le Fonds Olivia Newton-John pour la recherche

Dans son combat contre le cancer, l'actrice et chanteuse avait créé la Olivia Newton-John Foundation Fund, avec, pour vocation, de financer la recherche sur les plantes médicinales et le cancer. Elle suivait de près les progrès de la recherche, multipliait les collectes de fonds et s'intéressait aux traitements alternatifs. "J'ai la chance d'être mariée à un homme merveilleux qui connaît très bien les plantes médicinales. Il fait pousser du cannabis à usage thérapeutique pour moi", déclarait Olivia Newton-John en février 2021 dans le magazine People. Un moyen de l’aider à trouver le sommeil, d’apaiser sa douleur et soulager son anxiété, expliquait l'actrice, dont la fille Chloe Lattanzi, possède une ferme de cannabis dans l'Oregon.

Modèle et inspiratrice

La fille unique d'Olivia Newton-Jones, Chloe Lattanzi, partage sa peine avec des photos sur Instagram. Proche de sa mère, qui l'a soutenue à travers des périodes d'anorexie et d'addiction, elle a passé les deux dernières semaines à son chevet.

Australienne et britannique, comme Olivia Newton-Jones, Kylie Minogue se souvient : "J'aime et j'admire Olivia Newton John depuis que j'ai dix ans. Et je le ferai toujours. Elle était et restera pour moi une source d'inspiration", écrit la chanteuse Kylie Minogue.

Cheveux laqués et blousons de cuir, Olivia Newton-John s'était rendue mondialement célèbre en incarnant Sandy dans l'adaptation cinématographique de la comédie musicale culte Grease, aux côtés de John Travolta, qui lui rend aujourd'hui un hommage ému : "Ma chère Olivia, tu as rendu nos vies meilleures. Ton influence a été incroyable. Je t'aime tantOn se retrouvera et nous serons à nouveau ensemble. À toi dès le premier instant où je t’ai vue et pour toujours ! Ton Danny, ton John !"

La chanteuse la plus populaire des Etats-Unis

Née le 26 septembre 1948 à Cambridge au Royaume-Uni, celle que la reine Elizabeth II a élevée au titre de "Dame commandeur de l'ordre de l'Empire britannique" a de qui tenir. Elle est la petite-fille du physicien allemand Max Born, dont les travaux sur la théorie des quanta sont couronnés du prix Nobel. Son père, lui, a combattu dans les forces britanniques durant la Seconde guerre mondiale et participé à l'arrestation de Rudolf Hess, à l'issue de son vol en Ecosse.

"Livvy", comme on la surnomme dans sa petite enfance, a tout juste cinq ans quand sa famille déménage aux antipodes. Destination Melbourne, Australie. Passionnée de musique, elle remporte à 16 ans un concours local de chant. Sa mère la pousse à exploiter son talent et les voilà toutes deux reparties pour l'Angleterre.

Premiers singles, premiers succès. En 1974, I honestly love you est son premier titre à se classer numéro un aux Etats-Unis. La même année, elle représente la Grande-Bretagne à l'Eurovision et termine 4e, s'inclinant derrière... Abba, qui lui rend aujourd'hui un vibrant hommage : "...Jamais elle n'a renoncé, jamais elle ne s'est plainte. Au contraire, elle nous racontait son histoire pour que nous puissions comprendre et aider les autres malades..."

Après ces premiers succès, cap sur la Californie, où elle se fait un nom sur la scène country et western. L'Anglo-australienne est même consacrée à deux reprises "chanteuse la plus populaire des Etats-Unis" et détrone la star Dolly Parton aux Grammy awards. 

Olivia Newton-John pose à Los Angeles, en Californie, le 21 novembre 1982.<br />
 
Olivia Newton-John pose à Los Angeles, en Californie, le 21 novembre 1982.
 
©AP Photo/Reed Saxon (archives)

The one that he wanted

John Travolta, alors auréolé de son succès dans La Fièvre du samedi soir, souffle son nom pour Grease. Sorti en 1978, le film est immédiatement un énorme succès mondial. En France, il fait 6 millions d'entrées... Plus que Les Demoiselles de Rochefort ou West Side Story ! Tout le monde fredonne Summer nights et You're the one that I want.

La comédie musicale devient un mythe, avec la métamorphose de Sandy, la blonde et sage lycéenne, en femme fatale qui surgit au milieu de la fête foraine, cigarette au bec, perfecto noir, top aux épaules dénudées, pantalon lamé moulant et talons vertigineux... Sur un rythme endiablé, elle se déhanche et électrise Danny, alias John Travolta, le rebelle à la banane gominée. Une scène osée pour une action située dans les années 1950. Une métamorphose qui sonne l'avènement de la libération des moeurs des années 1960. Et une scène culte : La tenue originale d'Olivia Newton-Jones dans ce clip a été adjugée en 2019 aux enchères pour 405 700 dollars.

Retour à la chanson, et à la terre

Malgré ce succès planétaire, Olivia Newton-John n'a pas poursuivi longtemps sur sa lancée au cinéma. Elle tourne encore avec Gene Kelly une autre romance musicale, Xanadu, et un nouveau film avec John Travolta, Two of a kind, mais la magie opère moins. Hormis quelques rôles au cinéma et à la télévision, elle set consacre surtout à la chanson et à son ranch californien où elle vivait entourée d'animaux. Elle sort une quarantaine d'albums country et pop rock – dont Physical, énorme succès en 1981 – et donne des centaines de concerts à travers la planète. 

Olivia Newton-John a remporté quatre trophées Grammy et vendu quelque 100 millions d’albums. Elle reste surtout dans la mémoire de ses proches "l’une des personnes les plus agréables avec qui j’ai eu le plaisir d’enregistrer et de jouer," écrit la chanteuse Dionne Warwick sur Twitter, ou, pour Mariah Carey : "l'une des personnes les plus gentilles, généreuses et adorables qu'il m'ait été donné de rencontrer."