Palme d'or à Cannes : "Anora", une héroïne travailleuse du sexe

Parmi les favoris pour la Palme d'or, l'Américain Sean Baker craignait que Anora, son film sur une travailleuse du sexe et les violences faites aux femmes, suscite la controverse. Mais l'accueil enthousiaste que Cannes a réservé à son film s'est concrétisé par une Palme d'or ce 25 mai 2024.

Image
Mikey Madison

Mikey Madison dans une scène de Anora.

 


 

Neon via AP
Partager2 minutes de lecture

La Palme d'or décerné à son film Anora par le jury du Festival international du cinéma 2024, le réalisateur Sean Baker l'a dédiée aux trois femmes de sa vie  : l'actrice Mikey Madison, qui tient le rôle titre dans Anora ; Jean Baker, sa mère ; et Nora son épouse, "ma muse, celle qui me sauve et qui m'aide, je t'aime" a-t-il déclaré. Il a aussi dédié le prix à toutes les travailleuses du sexe d'hier, aujourd'hui et demain. 

Tweet URL

"Ce film est magnifique, drôle et envoûtant, empli d'humanité... Il nous a brisés le coeur", a déclaré la présidente du jury et réalisatrice de "Barbie" Greta Gerwig avant de lui remettre le prix.

Entre pathos et comédie 

Anora est un thriller new-yorkais, drôle et énergique, qui passe des bas-fonds aux villas de luxe des Russes, suivant une strip-teaseuse et le jeune fils d'un oligarque, qui se marient sur un coup de tête à Las Vegas, suscitant la fureur des proches de ce dernier. Anora, c'est le nom de l'héroïne du film, qui fait basculer le film de Pretty Woman à Kill Bill pour faire face à l'adversité et se dresser contre le patriarcat. "Dans l'Amérique d'aujourd'hui, Il fallait d'abord parler d'argent pour raconter cette histoire, on ne peut pas l'éluder. Les rêves ne se réalisent pas toujours, mais il peuvent mener à d'autres choses," explique le réalisateur au micro de France Inter. 

Il faut faire rire jusqu'à faire pleurer. Sean Baker

Tout en abordant un sujet similaire aux films précédents de Sean Baker, comme Tangerine, Red Rocket ou The Florida Project, Anora est son film le plus comique à ce jour : lorsqu'un trio de mafieux débarque dans la maison des jeunes mariés, le public s'attend à une explosion de violence, et se retrouve avec un trio de bras cassés. 

Tweet URL

"J'essaie toujours d'explorer jusqu'où je peux aller avec la comédie, explique le réalisateur. C'est toujours un équilibre entre la comédie et le pathos. La vie est un équilibre entre ces deux éléments. Il faut donc faire rire jusqu'à faire pleurer".

Tweet URL

La prostitution : un sujet clivant ?

Toujours au plus près des laissés-pour-compte de l'Amérique, Sean Baker a déjà raconté la vie de prostitués dans ses films précédents et continue d'explorer cet univers. Il estime que "nous sommes tous fascinés" par le travail du sexe. Car ça se passe "juste sous notre nez, que nous le remarquions ou pas". "On peut l'explorer à l'infini", a déclaré le réalisateur, dont la mission est de montrer des personnages imparfaits, confrontés aux mêmes problèmes que tout le monde. "Je ne peux pas me contenter de faire une histoire de "prostituée au grand coeur", dit-il.

Anora était un très sérieux candidat à la Palme d'or, selon le classement du magazine Screen. "C'est agréable et un peu surprenant, parce qu'il semble que jusqu'à présent le film n'ait pas été aussi clivant que je le pensais, a déclaré Sean Baker. Et pourtant, nous traitons de thèmes extrêmement conflictuels en ce moment". 

Pour le réalisateur, le "rêve" serait plutôt que l'actrice Mikey Madison,  soit récompensée. La comédienne de 25 ans, qu'il a repérée dans Once Upon a Time in Hollywood et Scream, s'est entraînée au pole dance pendant trois mois et a perfectionné son accent new-yorkais. "Jamais je n'ai travaillé avec une actrice aussi dévouée, admet Sean Baker au miro de France Inter. J'ai bâti mon personnage autour d'elle. Je savais qu'elle serait parfaite. Elle est très sensible, très cinéphile". 

Tweet URL

Mikey Madison incarne un personnage emblématique des films de Sean Baker, un personnage  issu d'une Amérique modeste, qui se bat avec ses modestes armes. "Si elle est forte, si elle prend le pouvoir, c'est qu'elle est obligée de se débrouiller dans le monde où elle vit. J'avais besoin de ce côté un peu badasse, d'une fille qui n'a pas peur de la bagarre," se souvient-il dans un entretien diffusé sur France Inter.

Tweet URL

Succès du cinéma américain indépendant

N'importe quelle récompense cannoise aurait aidé Anora à bénéficier d'une sortie plus large dans les salles américaines que la plupart des films indépendants. "Le public américain s'est entendu dire 'ne venez au cinéma que pour les grosses productions, tout le reste se trouve sur Netflix'... C'est fou !", s'indigne Sean Baker.

Anora est distribué par le studio indépendant Neon, qui est aussi derrière les quatre dernières Palme d'or aux Etats-Unis dont Anatomie d'une chute

Tweet URL

(Re)lire dans Terriennes :

Festival de Cannes : "The Substance", hémoglobine à la sauce féministe

Festival de Cannes : "Moteur, ça tourne !" se conjugue au féminin

"Anatomie d'une chute" : anatomie d'un succès mondial pour Justine Triet

Festival de Cannes : Justine Triet, troisième réalisatrice sacrée par une Palme d'Or

Julia Ducournau, deuxième femme Palme d'or du festival de Cannes avec "Titane"