Terriennes

#PayeTaNote : le sexisme perdure dans le milieu musical

Christine and the Queens lors du Coachella Music & Arts Festival le 13 avril 2019 en Californie, aux Etats-Unis. 
Christine and the Queens lors du Coachella Music & Arts Festival le 13 avril 2019 en Californie, aux Etats-Unis. 
© Amy Harris/Invision/AP

En ce jour des Victoires de la musique classique 2020, état des lieux d'un milieu où les dérives sexistes persistent. Insinuations lourdes, dénigrements, discriminations, harcèlement... Dans le sillage de MeToo, le site "PayeTaNote" recense depuis un an les témoignages de femmes artistes dénonçant le sexisme dans l'univers de la musique, classique mais aussi jazz, pop, rock, variétés. 

C'était il y a un an : une violoncelliste de 35 ans se faisant appeler Agathe créait le site PayeTaNote pour recenser les témoignages de victimes de sexisme dans le monde de la musique, sur le même modèle que PayeTonTournage dans l'univers du cinéma ou PayeTaBlouse dans le milieu hospitalier. Depuis, elle a reçu des centaines de témoignages anonymes. La fondatrice du site, elle aussi, a voulu rester anonyme, car dans ce milieu, expliquait-elle à l'époque, il peut être dangereux de dénoncer ce genre de dérives : "Comme les scènes nationales, les programmes, les festivals et les salles sont montés en réseau, donc quelqu'un qui dénonce des propos ou du harcèlement sexuel risque de se faire griller". 

Après plusieurs années au sein d'un ensemble musical majoritairement constitué d'hommes, Agathe se voit refuser l'entrée au conseil d'administration. "Quand j'ai enfin compris, après un long moment de doute, que c'était parce que j'étais une femme, j'ai été très en colère. J'avais tout envisagé sauf ça !", confie-t-elle au magazine Elle. PayeTaNote est né - également sur Facebook.

Quelques-uns des témoignages anonymes livrés sur le site <a href="https://payetanote.com/" rel="nofollow">PayeTaNote</a>.
Quelques-uns des témoignages anonymes livrés sur le site PayeTaNote.

Un sexisme qui ne dit pas toujours son nom

La musique est, de fait, un monde où le rapport aux femmes est lié à leur présence sur scène : "On leur demande d'être sur-sexualisées, de jouer un rôle ultra féminin. Souvent on demande aux chanteuses d'être à la fois bonne chanteuse, bonne musicienne mais aussi l'objet de tous les fantasmes masculins dans la salle", explique la fondatrice de PayeTaNote. Mais ce qu'Agathe dénonce surtout, c'est un sexisme ordinaire qui mine la confiance en soi, l'envie de jouer et de se donner sur scène. Sans compter qu'elle font moins longtemps carrière que les hommes à cause de leur âge... "Ce n'est pas forcément du harcèlement sexuel à chaque fois, c'est une accumulation de remarques dénigrantes qui, à long terme, font perdre confiance. On ne se sent plus légitime, alors on arrête", explique-t-elle au micro de  TV5MONDE (voir plus bas le témoignage recueilli par Nicolas George).

Dans une lettre ouverte publiée en 2017, déjà, les musiciennes québécoises dénonçaient la même dérive : "Entre chanteuses, musiciennes, auteures-compositrices-interprètes, techniciennes et autres intervenantes féminines du milieu, nous nous entendons toutes pour dire que le sexisme existe bel et bien dans l'industrie de la musique et que la plupart d'entre nous l'avons vécu, à un moment ou à un autre : ne serait-ce que par les préjugés véhiculés quant à nos connaissances de la technique ou de l'équipement, par la remise en doute de notre talent, de notre expérience ou de notre pertinence".

Comment riposter ?

Si Agathe a créé un espace de parole sur PayeTaNote, c'est qu'elle-même s'est trouvée désemparée à chaque fois qu'elle a subi et observé le sexisme dans son quotidien de musicienne : "Je ne savais pas comment riposter", confie-t-elle au micro de TV5MONDE. Là encore, elle a voulu parler à visage couvert - pour ne pas mettre sa carrière en péril, car après leurs témoignages, certaines musiciennes ont été forcées de changer d’orchestre. Ecoutez la fondatrice de PayeTaNote :

Chargement du lecteur...

Sacrée meilleure artiste féminine lors des Victoires de la Musique le 14 février 2020, Clara Luciani, avait confié lors d'une interview : "Quand je jouais La Femme un mec du public avait lancé un : "Ah bah celle-là, ils l’ont pas prise pour sa voix ! parce que j'avais mis une jupe courte." Depuis, Clara Luciani ne met plus que des pantalons sur scène. "Ce sont de petites choses qui, multipliées par 100, commencent à devenir insupportables. Et il y aussi les mecs qui veulent t’aider avec les branchements de ta guitare alors qu’ils ne le feraient pas pour un mec car ils partent du principe qu’il sait faire… Ça entretient trop l’idée qu’on est des petites choses fragiles…" poursuit-elle. Clara Luciani, elle, a choisi de riposter avec La Grenade, une chanson sur la puissance sous-estimée des femmes.

Le manifeste du F.E.M.M

En avril 2019, en France, plus de 1200 professionnelles de la musique, dont Clara Luciani, Camélia Jordana, Élodie Frégé, le duo Brigitte, Aloïse Sauvage ou Chris signaient un manifeste, le F.E.M.M ("Femmes Engagées des Métiers de la Musique")  appelant au changement des mentalités et des pratiques pour "questionner la répartition du pouvoir, dépasser le seul sujet du harcèlement et des violences sexuelles."

Nous, artistes, musiciennes, techniciennes, productrices, éditrices, compositrices, manageuses, attachées de presse, juristes et plus globalement “femmes des métiers de la musique”, avons toutes été victimes ou témoins du sexisme qui règne au quotidien : les propos misogynes, les comportements déplacés récurrents, les agressions sexuelles qui atteignent en toute impunité la dignité des femmes.

Nous connaissons le fonctionnement – ou plutôt le dysfonctionnement – du secteur : les disparités salariales, l’invisibilité des femmes aux postes à responsabilité, les préjugés et les non-dits qui bloquent le développement et les carrières de professionnelles pourtant compétentes et investies.Le temps est venu pour le monde de la musique de faire sa révolution égalitaire : les agissements sexistes, racistes, et plus globalement tous les comportements discriminants ne sont plus tolérables et doivent être dénoncés et sanctionnés. Trop longtemps, ils ont été passés sous silence. Nous prenons le micro aujourd’hui pour crier haut et fort que nous n’avons plus peur de les refuser.

Comme nos (con)sœurs du collectif 5050 du cinéma, nous pensons qu’il faut questionner la répartition du pouvoir, dépasser le seul sujet du harcèlement et des violences sexuelles pour définir, ensemble, les mesures concrètes et nécessaires qui nous permettront de garantir l’égalité et la diversité dans nos métiers, et ainsi favoriser en profondeur le renouvellement de la création.

Sous-payées, sous-programmées

Les femmes des métiers de la musique dénoncent aussi l’inégalité salariale - au Québec, les musiciennes sont rémunérées en moyenne 75% de ce que gagnent leurs collègues masculins. Directeur de la programmation du Festival d'été de Québec, Louis Bellavance programme 22 % de femmes et 78 % d'hommes. Il s'explique : "Il n'y a pas de discrimination consciente sur le genre. Le déséquilibre est le reflet de la popularité des artistes, de tout ce qui se passe dans le secteur. La vraie question, c'est pourquoi les hommes semblent avoir plus de succès ? Ce n'est pas une question de talent. Ce n'est pas une question d'offre. C'est plutôt un héritage des années 1960, quand le secteur de la musique était presque exclusivement masculin... Sur la scène des talents émergents, on est presque à la parité." 

Au sujet de la musique classique, Agathe ne dit pas autre chose : "Les femmes ne se sentent pas à leur place et cherchent une légitimité qui n’est pas apportée par l’histoire de la musique savante occidentale constituée d’hommes". Alors il faut briser le cercle vicieux qui fait que la sous-représentation des femmes aux postes clés freine l’accès d'autres femmes aux postes à responsabilité, que ce soit sur la scène - en 2016, on comptait 21 cheffes d’orchestres d'envergure internationale pour 586 hommes - ou au niveau administratif - en 2019, quatre des 28 opéras en France sont dirigés par des femmes. "Avec davantage d’équilibre, on subirait moins l'omerta, explique Agathe. Quand une femme recrute, elle va moins regarder la poitrine d’une artiste. Et puis cela permettrait aussi à certaines femmes de s’identifier".

Peu à peu, les mentalités évoluent et davantage de femmes prennent les rennes, comme Emilie Delorme, désormais à la tête du Conservatoire de Paris, ou Catherine Morin-Desailly, élue vice-présidente de l'Association Française des Orchestres.  Des mesures sont prises, comme la mise en place d'auditions à l'aveugle lors des concours. Les ensembles classiques, pourtant, restent à la traîne, même si à la Philharmonie de Paris, depuis deux ans, un employé accusé de harcèlement peut être mis à pied.