Qui est Eva Kaili, soupçonnée de corruption au Parlement européen ?

Image
Eva Kaili
©Parlement europeen/officiel
Nommée vice-présidente du parlement européen en janvier 2022, la députée du parti socialiste grec Pasok Eva Kaili se retrouve au coeur du scandale de corruption qui éclabousse l'institution lié au Qatar. 
Image
eva kaili wikki
©Wikimedia commons
Eva Kaili, 44 ans, soupçonnée d'être impliquée dans le retentissant scandale de corruption en lien avec le Qatar qui éclabousse le Parlement européen. 
Partager8 minutes de lecture
Une femme, vice-présidente du Parlement européen, en prison, soupçonnée de corruption et désormais suspendue de toutes ses fonctions. Du jamais vu. Ancienne présentatrice de télévision en Grèce, son pays, Eva Kaili, 44 ans, clame son innocence. En quelques jours, elle est devenue l'un des visages du scandale qui éclabousse l'institution européenne. 

Il y a quelques jours encore, Eva Kaili n'était qu'une personnalité politique parmi d'autres sur la longue liste des membres des instances dirigeantes du Parlement européen et était peu voire inconnue du grand public. Sauf dans son pays, la Grèce, où elle a eu une première carrière professionnelle en tant que présentatrice de journaux à la télévision avant de devenir députée sous la bannière verte du Pasok, le parti socialiste grec.

La voici aujourd'hui inculpée et écrouée à Bruxelles, soupçonnée de corruption et suspendue de toutes ses fonctions. Qui aurait pu imaginer qu'un tel sort attendait cette députée grecque de 44 ans qui siègeait depuis 2014 au sein de l'institution européenne et qui avait été choisie pour occuper l'un des 14 sièges de vice-président-e en janvier dernier ?

Un mandat auquel la conférence des présidents de groupes du Parlement européen a décidé à la quasi-unanimité de mettre fin -625 votes favorables sur 628 exprimés- une décision "effective immédiatement", a précisé la présidente du Parlement européen Roberta Metsola sur Twitter.

Comme le dit Paul Germain, correspondant de TV5monde à Bruxelles, c'est "stupeur et tremblements au Parlement européen, sous le choc de ce scandale"

"J'ignore d'où vient cet argent"

Eva Kail a été placée en détention dans une prison bruxelloise pour "corruption" et de "blanchiment d'argent" en bande organisée. Accusations qu'elle rejette, assurant ignorer l'existence des sommes d'argent considérables retrouvées à son domicile. Son avocat à Athènes martèle que sa cliente est "innocente" alors que des sacs remplis de billets d'une valeur de 150.000 euros ont été découverts dans son appartement à Bruxelles, selon une source judiciaire belge.

Selon le quotidien belge L’Echo, Eva Kaili aurait été arrêtée en flagrant délit, unique possibilité de faire tomber son immunité parlementaire. De l’argent liquide à son domicile a été retrouvé par les enquêteurs qui ont aussi interpellé son père alors qu’il transportait une mallette remplie de billets. La police le soupçonne d'avoir été informé de l'opération en cours par des complices, selon les informations du quotidien belge.

La somme retrouvée par la police atteindrait près de 600 000 € en coupure de 50 €. Au total, cinq personnes ont été arrêtées le 9 décembre à Bruxelles et deux autres en Italie, à l'issue de 16 perquisitions. "L'enquête, débutée l'été dernier, précise le quotidien belge, s'est tenue dans une discrétion totale, déployant des moyens généralement utilisés pour la répression du grand banditisme dans le cadre feutré du Parlement européen, à savoir, notamment, des écoutes téléphoniques. Les investigations sont loin d'être achevées".

Une carrière précoce à l'image ternie

De quoi ternir l'image de cette quadragénaire un temps perçue dans son pays natal comme une étoile montante du parti socialiste Pasok-Kinal.

Née le 26 octobre 1978 à Thessalonique, la deuxième ville de Grèce, Eva Kaili a étudié l'architecture à l'université Aristote de Thessalonique.Malgré son diplôme, Eva Kaili n'a jamais exercé ce métier. Elle choisit de se lancer dans des études en relations internationales et européennes et suit des cours de journalisme.

Elle fait ses premiers pas en politique en 1998, alors qu'elle est encore étudiante en se faisant élire au conseil municipal de la ville, déjà sous l'étiquette du Pasok. En 2004, elle n'a que 26 ans lorsque les Grecs la découvrent sur leur écran de télévision. Elle présente les journaux sur l'une des grandes chaînes privées, Mega, jusqu'en 2007. La même année, elle est élue au Parlement grec et devient ainsi, à 29 ans, la plus jeune députée du Pasok.

Sept années plus tard, la députée est élue au Parlement européen dans le groupe des Socialistes et Démocrates (S & D), un mandat qu'elle conserve lors du scrutin européen de 2019. En janvier 2022, elle est élue vice-présidente du Parlement européen dès le premier tour.

Des liens proches avec le Quatar

Eva Kaili faisait partie de la délégation visant à développer les relations de l'Union Européenne avec la péninsule arabe. Dans ce cadre, elle s'était rendue au Qatar peu avant le début de la Coupe du monde de football 2022.

Elle y avait rencontré le ministre qatari du Travail Ali bin Samikh Al Marri. L'élue grecque avait salué à cette occasion, au nom de l'UE, l'engagement du Qatar à "poursuivre les réformes du travail", selon un tweet de l'ambassadeur de l'Union à Doha Cristian Tudor.

[traduction : "La Coupe du monde doit être considérée comme une opportunité de rassembler tout le monde pour promouvoir la liberté, l'égalité, les droits de l'homme, et il reste encore beaucoup à faire pour les femmes, les conditions de travail et les droits des LGBTQ""]

"Aujourd'hui, la Coupe du monde de football au Qatar est une preuve concrète de la façon dont la diplomatie sportive peut aboutir à une transformation historique d'un pays dont les réformes ont inspiré le monde arabe", lance-t-elle depuis la tribune du Parlement européen le 22 novembre dernier, alors que les appels au boycott du Mondial se multiplient. "Le Qatar est un chef de file en matière de droits du travail", ajoute-t-elle alors. 

[traduction : "Encore des coupures dans mes déclarations ! Je répète que j'ai parlé du monde arabe et de ce que rapporte l'Organisation internationale du travail #OIT. Pour éviter les déclarations morales avec deux poids deux mesures et la nécessité de coopérer afin d'améliorer encore les conditions".]

C'est la diplomatie de la Rolex !
Christian Chesnot, journaliste

Le Qatar, pays organisateur du Mondial-2022, a été accusé par des ONG de négliger les conditions de travail et de vie de ses centaines de milliers de travailleurs migrants venus d'Asie et d'Afrique. En réponse, Doha a fait valoir des réformes inédites du code de travail, saluées par des organisations syndicales, qui appellent néanmoins à une application plus rigoureuse.

Invité sur le plateau du journal de TV5 monde, le journaliste Christian Chesnot, spécialiste du Moyen-Orient, estime que cette affaire "discrédite la parole de cette vice-présidente et puis au delà d'autres prises de paroles, parce que ça veut dire qu'on est 'achetable' et les Qatariens connaissent nos faiblesses. C'est la diplomatie de la Rolex !".

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Dissonances grecques

En Grèce, Eva Kaili s'est à plusieurs reprises distanciée du Pasok.

Lors de l'accord entre Athènes et Skopje mettant fin à un long conflit sur l’appellation du petit pays balkanique, désormais nommé "Macédoine du Nord", elle avait twitté: "J'ai honte. C'est un dommage irréparable pour l'Histoire, la Macédoine et les Grecs". Elle se positionnait alors sur la même ligne que le parti conservateur grec qui s'opposait à cet accord, et considérait que le nom de Macédoine liée à l'histoire d'Alexandre le Grand et à une région du nord de la Grèce ne pouvait être donné à un autre pays.

En 2019, elle avait également déclaré que "les allocations sont pour les fainéants", critiquant les aides sociales distribuées par la gauche radicale (Syriza) pour faire face à la crise économique qui avait mis le pays à genoux et précipité de nombreux Grecs dans la pauvreté.

Pour le président du parti socialiste grec, Nikos Androulakis, Eva Kaili "agissait comme un cheval de Troie de la Nouvelle démocratie", la droite au pouvoir."Je l'avais informée qu'elle ne serait plus candidate avec notre parti aux prochaines élections européennes", précise-t-il. Le président du Pasok-Kinal, lui même député européen, lui reproche aussi d'avoir tenté de minimiser l'affaire des écoutes qui éclabousse l'actuel gouvernement conservateur.

Face à ce scandale et aux soupçons qui pèsent sur l’eurodéputée, le parti l'a écartée et plusieurs élus ont demandé à ce qu'elle cède son siège au Parlement européen.

Dans cette affaire, son compagnon, l'Italien Francesco Giorgi, ex-assistant parlementaire, spécialiste des questions de droits humains et des affaires étrangères, de sept ans son cadet, a été lui aussi interpellé. En couple depuis cinq ans, ils ont une petite fille de deux ans.

[traduction : "La vice-présidente du Parlement européen Eva Kaili et Francesco Giorgi, parlementaire adjoint, sont au centre de l'enquête sur la corruption impliquant de l'argent et des profits de l'émirat arabe. L'ancienne journaliste grecque et le marin italien : le couple au coeur du Qatargate."]