Terriennes

Sanna Marin, Première ministre à la tête d'une coalition de femmes en Finlande

Sanna Marin

Sanna Marin, 34 ans, est la troisième Première ministre de l'histoire de la Finlande. Issue d'une famille modeste, homoparentale, cette jeune mère incarne la génération montante des femmes politiques dans ce pays mené par une coalition de cinq partis, tous dirigés par des femmes.

Pour tenter de sortir d'une crise politique qui la mine depuis plusieurs semaines, la Finlande vient d’élire la plus jeune cheffe du gouvernement de son histoire. Née le 16 novembre 1985, Sanna Marin, était la ministre des Transports du gouvernement sortant. Au poste de maire de Tampere, la seconde ville du pays, où elle a également fait ses études, elle s'est forgée une réputation de dirigeante à poigne, sans langue de bois. Elle a grandi, au sein d'une famille "arc-en-ciel" - élevée par sa mère et la compagne de celle-ci - qui  a, dit-elle : "modifié ma vision de l'égalité des sexes, de l'égalité en général et des droits humains".

Il n'a été possible de parler assez librement des familles arc-en-ciel que dans les années 2000.
Sanna Marin, Première ministre de Finlande

Dans une interview accordée en 2015 à l'hebdomadaire finlandais Me Naiset ("Nous les femmes"), elle racontait qu'enfant, elle se sentait "invisible", faute de pouvoir s'ouvrir aux autres de sa différence : "C'était une chose dont on ne parlait pas. Il n'a été possible de parler assez librement des familles arc-en-ciel que dans les années 2000", explique-t-elle.

Je n'aurais pas pu m'en sortir et avancer sans l'Etat-providence et le système éducatif solide que nous avons en Finlande
Sanna Marin, Première ministre de Finlande

Sanna Marin elle-même est un pur produit du Parti social-démocrate de Finlande, le SDP, qui s'est construit sur les luttes ouvrières pendant la révolution industrielle. Ses origines modestes ont contribué à définir son engagement politique. "Je viens d'une famille pauvre, et je n'aurais pas pu m'en sortir et avancer sans l'Etat-providence et le système éducatif solide que nous avons en Finlande", explique-t-elle. 

Incarnation des valeurs du SDP

En avril 2019, le SDP remporte des élections législatives devant Les vrais Finlandais (extrême droite), promettant de mettre fin à des années d'austérité pour sortir la Finlande de la récession. D'aucuns y ont vu la victoire de l'ouverture sur le repli sur soi, des valeurs de tolérance sur la tentation du rejet, mais les sondages montrent depuis que le SDP a perdu en popularité tandis que la formation anti-immigration et climato-sceptique, elle, prospère.

Ce dimanche 8 décembre, Sanna Marin a été désignée à 32 voix contre 29 pour succéder à son prédécesseur à la tête du du Parti social-démocrate. Antti Rinne avait démissionné quelques jours plus tôt, ayant perdu la confiance du parti lors de sa gestion d'une grève de la Poste contre la baisse des salaires. Si Sanna Marin ne prendra les rênes du SDP qu'à l'issue du congrès de la formation en 2020, c'est elle qui, d'ores et déjà, est à la manoeuvre.

Photo d'un tweet en finnois : "La Finlande a un nouveau gouvernement ! Le gouvernement est dirigé par la plus jeune première ministre de l'histoire finlandaise, Sanna Marin, 34 ans ! Félicitations au gouvernement Marinin et à l'ambitieuse politique climatique !"
Photo d'un tweet en finnois : "La Finlande a un nouveau gouvernement ! Le gouvernement est dirigé par la plus jeune première ministre de l'histoire finlandaise, Sanna Marin, 34 ans ! Félicitations au gouvernement Marinin et à l'ambitieuse politique climatique !"
 

Une ascension à tout petit pas

Pourtant, rien ne la prédestinait à occuper la plus haute fonction du pays. Sa mère a grandi dans un orphelinat, ses parents ont fini par divorcer à cause des problèmes d’alcool de son père. Collégienne moyenne, elle rattrape doucement le niveau au lycée. Première de sa famille à faire des études supérieures, elle décroche ensuite un Master en sciences de l'administration à l’université de Tampere, la ville industrielle dont elle est originaire. 

Sur le plan politique aussi, les débuts sont poussifs. Vice-présidente de la jeunesse sociale-démocrate, elle échoue à se faire élire au Parlement en 2011 - elle n’a alors que 25 ans. Puis c’est l’ascension : élue au conseil municipal de Tampere, elle le préside à partir de 2013. Elle est élue députée en 2015 avec l’un des meilleurs scores du pays. Réélue haut la main en 2019, elle devient ministre des Transports et des Communications en juin 2019.

Voir cette publication sur Instagram

Ready for #turkupride #SDP @sdpturku

Une publication partagée par Sanna Marin (@sannamarin) le

Sanna Marin aime l'ordre, que chaque chose soit à sa place, tant en politique que dans sa vie privée. "C'est toujours très bien rangé à la maison", confie-t-elle au quotidien Helsingin Sanomat. De la même manière, "le gouvernement a son rôle à jouer, les organisations syndicales le leur".

Maman d'une petite Emma de deux ans, Sanna Marin a fait savoir que sa famille avait pris ses dispositions pour lui permettre d'assumer ses fonctions : "Comme la situation est venue soudainement, j'ai été rassurée de recevoir un texto de mon mari (l’ancien footballeur professionnel Markus Räikkönen, ndlr) me disant que lui et ma mère s'étaient déjà arrangés". 

La Finlande : pionnière de l'égalité des sexes

Sanna Marin incarne la génération montante de femmes politiques dans une Finlande pionnière et championne de l'égalité entre les sexes. Troisième Première ministre de la république, la trentenaire n'avance pas en terrain inconnu dans ce pays qui a déjà élu une femme à la présidence  - Tarja Halonen, entre 2000-2012 - et fut le premier en Europe à accorder aux femmes le plein exercice de leurs droits politiques, dont le droit de vote, en 1906.

A l'issue de l'ascension fulgurante de Sanna Marin, chacun des cinq partis représentés au gouvernement est dirigé par une femme, dont quatre ont moins de 35 ans. Du jamais vu, même en Finlande :

La trentaine, femme, d'origine modeste : et alors ?

A l'issue du scrutin, Sanna Marin a balayé les questions ciblées sur son genre ou son âge d'un revers de main : "Je n'ai jamais pensé à mon âge ou à mon genre, je pense aux raisons pour lesquelles je me suis engagée en politique et à ces choses grâce auxquelles nous avons gagné la confiance de l'électorat".

Reste que, sur les médias sociaux, sa désignation a déclenché une salve d'attaques tous azimuts. Traitée d'arriviste et de parvenue parce qu'elle vient d'un milieu plutôt défavorisé, elle essuie une pluie de critiques sur son jeune âge  : "Pffff, pas une bonne idée de mettre des jeunes au pouvoir ! Il faut des vieux, des sages, des patriarches (des matriarches)... Pas de jeunes arrivistes, de jeunes parvenus..." lit-on sur le compte Facebook  du quotidien Le Monde. Sur ce même compte, d'autres commentaires, ouvertement sexistes, comme "C'est bien la première fois que je suis chaud pour me faire un premier ministre," font écho à tous les "En plus elles (les 5 femmes de la coalition, ndlr) sont bonnes".

Sur la page Facebook de Brut, les internautes commentent de plus belle : "34 ans ?  Whaou, on dirait qu'elle a 20 ans....Faut que j'aille faire un tour en Finlande !" ou encore "Tellement mignonne", "Vé la pitchoune !" D'autres lancent de pernicieuses questions : "Elle est efficace ? Non parce que si c’est juste pour mettre une femme pour faire plaisir..." ou "Et son père, qui est-il ?" Ce à quoi il se voit répondre : "Ben je croyais qu'un enfant élevé par deux parents du même sexe était forcément synonyme d'échec pour son futur... Ca se voit !

En commentaire à la publication du Courrier International sur Facebook, un internaute se demande si un homme de cet âge-là aurait eu une chance d'être désigné Premier ministre, tandis qu'un autre, plus crument, écrit "Lorsqu'elles passent au pouvoir elles ne donnent des postes stratégiques qu'aux femmes elles aussi". Que dire des hommes qui font la même chose depuis la nuit des temps... Sur ce même compte, un internaute rappelle que les femmes vikings avaient les mêmes droits et prérogatives que les hommes, tandis que Pekka, un Finlandais qui vit à Paris fait remarquer que, en finnois, le pronom personnel ne fait pas la différence entre le féminin et le masculin. De là à penser que les mentalités ne la font pas non plus... 

Benjamine des dirigeants du monde

Sanna Marin vient d'être officiellement nommée par le président ce mardi, avant un vote au Parlement qu'elle est assurée d'emporter. Agée d'un an de moins que le Premier ministre ukrainien Oleksiï Gontcharouk, elle devient la deuxième femme cheffe d'Etat trentenaire dans le monde, avec la Néo-Zélandaise, Jacinda Ardern, investie Première ministre à 37 ans, en 2017. Elle vient rejoindre la douzaine de dirigeants de moins de 40 ans, mais sur les photos de famille des dirigeants en exercice, l'ex-chancellier autrichien Sebastian Kurz, 33 ans, pourrait lui ravir la place de benjamine dans les semaines qui viennent à l'issue des négociations entre son parti conservateur ÖVP et les Verts.