"Sans maquillage" ou comment dénoncer le diktat de l'apparence

Face à la mode des filtres tiktokiens et autres tutos maquillage sur internet, des femmes "osent" se montrer au naturel. Le geste symbolique d'une présentatrice à la télévision espagnole, enlevant en direct ses couches de fond de teint, pourrait s'inscrire dans un mouvement plus large, remettant en question l'injonction à la beauté (et à l'âge) imposée aux femmes par la société. 

Image
Pas de maquillage pour Sonia Ferrer

"Je n'ai pas 26 ans, j'en ai 46 !" lance la présentatrice Sonia Ferrer en direct à la télévision espagnole pour dénoncer culte du maquillage et de la jeunesse.

Capture d'écran
Partager3 minutes de lecture

Voilà un moment qui, habituellement, se déroule à l'abri des regards, dans une loge de maquillage, dans les coulisses d'une salle de spectacle ou d'une chaine de télévision, ou encore dans l'intimité d'une salle de bains, le soir après une journée de travail... Un peu de coton, un peu de lotion et hop, en quelques secondes, le masque disparait. Le 4 décembre dernier, c'est en direct à la télévision espagnole qu'une présentatrice effectue ce geste, apparemment banal. Elle prend une lingette et ôte son maquillage.

Nous sommes très différentes sans maquillage. Nous évoluons beaucoup. C’est une réalité, nous changeons, et je n’ai pas 26 ans, j’ai 46 ans. Sonia Ferrer, présentatrice tv

Elle tend ensuite une seconde lingette à son collègue qui fait de même. Pendant qu'ils se démaquillent, elle partage son point de vue : "Nous sommes très différentes sans maquillage. Nous évoluons beaucoup. C’est une réalité, nous changeons, et je n’ai pas 26 ans, j’ai 46 ans... Plus rien ne me fait honte. Je m’aime beaucoup plus maintenant qu’il y a vingt ans. Parce qu’au fil des années, tu comprends que tu avais tort sur tellement de choses”, a poursuivi l'animatrice de En boca de todos, sur la grande chaîne généraliste Cuatro.

L'idée lui est venue alors qu'elle était en train de commenter des images de Pamela Anderson : "Le temps passe pour tout le monde. Avec ce geste, je voudrais seulement revendiquer le naturel et l’acceptation de soi pour que l’on puisse se sentir à l’aise sans artifice.”

Pamela Anderson, figure de proue du "sans maquillage"

Il y a quelques semaines, Pamela Anderson se rendait aux défilés des plus grands noms de la mode lors de la fashion week parisienne sans la moindre trace de maquillage. Choisissant de jouer la carte du naturel, l’actrice entendait ainsi délivrer un message : "Il y a de la beauté dans l’acceptation de soi, l’imperfection et l’amour."

C’est lors des défilés Victoria Beckham et Vivienne Westwood que la star américaine de 56 ans est donc apparue sans "make up", ce qui lui a valu une couverture sans précédent dans la presse et une pluie d’éloges sur les réseaux.

"Sans maquillage, libérée et plus heureuse que jamais, Pamela Anderson nous a accueillis dans sa suite d'hôtel alors qu'elle se préparait à assister au défilé Vivienne Westwood à Paris", commente le magazine Vogue sur Instagram. Le journaliste a pu s'entretenir avec l'ex-vedette de la série de tv américaine Alerte à Malibu "sur ce que signifie se libérer des conventions de beauté et embrasser son authenticité, et pourquoi elle a la responsabilité de le faire en tant que femme aux yeux du public". 

Je suis tellement impressionnée et bouche bée devant cet acte de courage et de rébellion. Jamie Lee Curtis

Concert de louanges également à Hollywood : l’actrice Jamie Lee Curtis a repris ses photos sur son compte Instagram en commentant : "La révolution de la beauté naturelle a officiellement commencé", soulignant la forte pression présente à ce genre d’événements. Elle ajoute : "Je suis tellement impressionnée et bouche bée devant cet acte de courage et de rébellion." Avalanche de "J'aime" et de commentaires après ce post, dont ceux de la chanteuse Alicia Keys et de l'actrice Selma Blair.

#NoMakeUp : en guerre contre le "non vieillir"

Le mouvement n'est pas nouveau, d'autres femmes célèbres, surtout du monde du cinéma ont pris le pas de laisser au placard boites de poudre et de fond de teint.

Tweet URL

En octobre dernier, à 71 ans, Isabella Rosselini fait la couverture du Vogue italien, maquillée à minima, avec un peu de rouge à lèvres, de fard à joue, mais sans cacher ses rides. Sur France Inter, la star italienne déclare terminée la "galère de l’industrie de la beauté !" "C'est le juste moment pour accepter que les femmes vieillissent", ajoute-t-elle. Dans cet entretien, elle raconte avoir repris ses études à l'université une fois passés ses 55 ans, regrettant qu'en tant qu'actrice et mannequin "quand on est âgée, on travaille moins. C'est déprimant d'être une femme vieille ou mise de côté".

 

Nous pensons qu’un homme qui vieillit a une grande valeur et est sexy, et nous le regardons avec admiration comme une espèce de modèle de virilité. Je pense que nous sommes un peu à côté de la plaque. Sarah Jessica Parker, dans Biba

D'autres comme elle ont mené le mouvement, à l'instar d'Andie McDowell, 65 ans, immuable égérie de L’Oréal, lançant "Je suis fatiguée d’être jeune !". Ou encore la tête d'affiche de la série à succès Sex and the city des années 2000, et infatigable fashion victime, Sarah Jessica Parker, 58 ans qui s'attaque à la formulation "anti-rides" utilisée par les services marketing des marques de cosmétique pour "faire vendre" : "J’ai confiance dans le fait que si les consommateurs en sont aussi lassés que moi, ils vont commencer à dire que c’est de ‘l’anti-vie’. Parce qu’une année, c’est la vie - lance-t-elle dans un entretien au magasine Biba Nous pensons qu’un homme qui vieillit a une grande valeur et est sexy, et nous le regardons avec admiration comme une espèce de modèle de virilité. Je pense que nous sommes un peu à côté de la plaque".

Le maquillage comme identité ?

Alors maquillage ou pas maquillage ? Ce débat résonne étrangement avec une campagne de publicité lancée en France ce mois de décembre par la marque NYX. Le clip diffusé dans les médias et sur les réseaux sociaux met en scène Bilal Hassani. Le chanteur est assis dans un photomaton prêt à prendre la pose pour sa nouvelle photo d’identité. Maquillé à l'extrême, perruque péroxydée et bijou de tête sur le sommet du crâne, c’est finalement démaquillé, les cheveux courts, et l'air abattu que l’artiste terminera cette séance photo.

Un concept baptisé True ID Card, (vraie carte d'identité, ndlr) par la marque. "À quand une carte fidèle à ton identité ? Pas de sourire, pas d’expression, pas d’accessoire, pas de maquillage. C’est vraiment toi sur ta carte d’identité ? Dis adieu aux normes de conformité et obtiens ta True ID Card, une carte fabriquée à partir de ta vraie identité", écrit la marque appelant les internautes à poster leur photo tels qu'ils ont envie d'être.

En voyant ce clip, on pense évidemment aux paroles de la célèbre chanson de Charles Aznavour, Comme ils disent, qui raconte l'histoire d'un homme travesti : "Nul n'a le droit en vérité. De me blâmer, de me juger".

Quant au geste de Sonia Ferrer, qui aurait pu paraître futile et anodin, il lui a valu un déferlement d'insultes sur les réseaux sociaux. "Je m'inquiète de ce que ma fille subira lorsqu'elle sera sur un réseau social", a réagi la journaliste sur X.

Tweet URL

Lire aussi dans Terriennes :