Sexe, plaisir, sexisme : les mots crûs de Camille Aumont Carnel

Après son manuel d'éducation sexuelle destiné aux adolescents #Adosexo, Camille Aumont Carnel propose dans son nouvel ouvrage, un lexique des Mots du Q. Chantre de la sexualité positive pour son million d'abonnés des réseaux sociaux, cette aspirante façonneuse de la langue française n'a qu'un seul désir : dédramatiser le rapport à la sexualité.

Image
Camille Aumont-Carnel revisite le vocabulaire de la sexualité

Avec son livre "Les mots du Q", l'écrivaine et influenceuse Camille Aumont-Carnel revisite le vocabulaire de la sexualité.

©Le Robert
Partager2 minutes de lecture

"Je m'en bas le clito, c'est un cri de guerre qui veut dire : moi aussi j'existe", définit-elle, "Dans une société dans laquelle tout est rapport de force et de domination, il faut imposer".

Sa page Instagram @jemenbatsleclito, née il y a cinq ans d'une "pulsion viscérale" de bousculer les mentalités, fait à la fois office de journal intime et d'exutoire des questionnements sur la sexualité. Camille Aumont Carnel est désormais suivie par près de 678.000 abonnés.

Via des post "likés" des dizaines de milliers de fois, Camille Aumont Carnel partage avec humour et sans détour son intimité: "Je me suis regardée dans un miroir pendant un orgasme, même le mur a explosé de rire" ou encore "Liberté, Egalité, Vibro chargé". 

Un lexique pour parler "Q"

Avec Les mots du Q publié aux éditions Le Robert, la jeune femme de 26 ans fait le choix de "travailler avec l'institutionnel" pour partir en croisade contre ce qu'elle décrit comme "la violence linguistique" du français, dit-elle à l'AFP. 

"Ça commence par le masculin l'emporte sur le féminin quand on a six ans et, de là, naissent tout un tas d'autres violences", argumente-elle. La militante de la "quatrième vague du féminisme" s'engage alors dans un travail de la langue destiné à décrypter "les expressions problématiques" et proposer "les mots qui manquent" pour dédramatiser le rapport à la sexualité. 

Sur les cent expressions que je propose, s'il y en a deux qui restent et qui commencent à exister dans la société, c'est déjà un pari qui est réussi. Camille Aumont Carnel

Plutôt que de n'en avoir "rien à foutre", Camille Aumont Carnel propose de n'en avoir "rien à mouiller". Elle parle de "désert libidoïen", de "gaule surprise", et dénonce des expressions comme "perdre sa virginité", qu'elle estime patriarcale.  "Sur les cent expressions que je propose, s'il y en a deux qui restent et qui commencent à exister dans la société, c'est déjà un pari qui est réussi", estime celle qui se décrit comme "une leadeuse d'opinion qui a de l'influence".

Militantisme 3.0

Diplômée de la prestigieuse formation en gastronomie de l'Ecole Ferrandi, l'ex apprentie-cheffe use aussi de sa plateforme pour dénoncer le sexisme en cuisine. 

Avec @jedisnonchef, un autre de ses comptes Instagram, elle relaie à plusieurs dizaines de milliers de personnes les témoignages de victimes d'un milieu qui laisse, selon elle, "beaucoup d'espace aux violences, harcèlements et abus sexuels". 

"Icône féministe" contemporaine, selon son éditeur, sa success story digitale la propulse au classement 2022 des 30 personnalités de moins de 30 ans les plus influentes de France, selon le magazine Forbes.

Une confiance à partager

Pas étonnant pour Camille Aumont Carnel, à qui on répète depuis le plus jeune âge : "quoi que tu fasses, tu vas cartonner".  "On m'a donné une confiance en moi indéniable, presque indestructible", affirme la jeune femme dans un hommage à ses parents, un couple franco-libanais qui l'a adoptée au Niger quand elle avait deux mois.

Acharnée de travail, le succès de la jeune femme se lit dans sa présence médiatique et un agenda rythmé par son mode de vie effréné. "Je dors 4h par nuit" plaisante celle qui est insomniaque depuis l'enfance. Après quatre comptes Instagram à succès, des productions audiovisuelles et deux livres (également #Adosexo, un manuel d'éducation sexuelle destiné aux adolescents, aux éditions Albin Michel), une chose est sûre, Camille Aumont Carnel ne renoncera pas à prendre de la place.

Pour la suite, elle souhaite écrire "un livre tous les un an et demi" et a déjà deux titres en tête. En parallèle, elle compte bien monter sur scène et écrire une série.

Lire aussi dans Terriennes :