Terriennes

T comme Terriennes, avec Sylvie Braibant

Pour lancer Terriennes, le portail dédié à la condition des femmes dans le monde, TV5monde avait réalisé un clip inversant les chiffres, tellement parlant ! Dix ans plus tard, les femmes ne dirigent toujours pas 90 % des Etats dans le monde... 
Pour lancer Terriennes, le portail dédié à la condition des femmes dans le monde, TV5monde avait réalisé un clip inversant les chiffres, tellement parlant ! Dix ans plus tard, les femmes ne dirigent toujours pas 90 % des Etats dans le monde... 
©TV5monde
Pour lancer Terriennes, le portail dédié à la condition des femmes dans le monde, TV5monde avait réalisé un clip inversant les chiffres, tellement parlant ! Dix ans plus tard, les femmes ne dirigent toujours pas 90 % des Etats dans le monde... 
Pour lancer le site Terriennes était réalisé un clip inversant volontairement les chiffres sur la condition des femmes dans le monde... Exemple : les femmes sont majoritaires dans les parlements, dix ans plus tard, ce n'est toujours pas le cas. 

Il y a dix ans naissait sur TV5monde, Terriennes, premier portail francophone d'information sur la condition des femmes dans le monde. Que s'est-il passé au cours de cette décennie ? Entre avancées et reculs sur la planète féminine et féministe, un anniversaire sous forme de bilan, avec celle qui a été à l'origine de ce projet et sa première rédactrice en cheffe, Sylvie Braibant. 

Retour sur dix années d'information et d'engagement : au printemps 2011, TV5monde lançait Terriennes, un portail d'information francophone sur la condition des femmes dans le monde. 
 
A l'origine de Terriennes, des femmes (mais aussi des hommes). Parmi elles, la journaliste Sylvie Braibant, première rédactrice en cheffe de Terriennes. L'occasion aujourd'hui de célébrer avec elle cet anniversaire. 

Comment est né le site "Terriennes" et pourquoi avoir choisi ce nom ?
 
Sylvie Braibant : Terriennes, ça vient de Terre : ce sont les habitantes de la Terre, ce sont TOUTES les habitant-e-s de la Terre. C’est un peu comme humaines, mais plus fort, parce que "humaines" a un côté un peu évanescent, tandis que « Terriennes » implique d'agir les pieds sur terre.

Qu’est-ce qui, un jour, vous a donné l'idée de créer un site dédié à la condition des femmes ?

Ça s’est fait surtout à deux. Il faut rendre hommage à Marie-Christine Saragosse, qui était présidente de TV5Monde, à l'époque. Moi je m'occupais déjà du site web de l'information de la chaîne et je trouvais qu'il y avait de plus en plus de sujets sur les relations entre les femmes et les hommes, et sur la condition des femmes partout dans le monde. De fil en aiguille, j'en a parlé avec elle, et c'est comme cela qu'on s'est dit que l’on pourrait créer un site – car Terriennes a d'abord été un site, avant d'être aussi une émission. Ensuite il a fallu trouver un nom, parce qu'il y en avait déjà qui étaient pris, comme "Martiennes", à l'époque. Alors nous nous sommes réunis, à une quinzaine, et je dois à la vérité de dire qu’il n’y avait qu’un seul homme dans l’assemblée, qui allait s’occuper de la mise en place du site, et que c’est lui qui a trouvé le nom de Terriennes.
 
Il y a eu une prise de conscience générale, jusque dans des endroits qui étaient moins peut-être concernés directement par la question de genre.
Sylvie Braibant
S’il fallait retenir un événement qui a marqué les premières années de Terriennes ?

Il y a eu une telle accélération en 2017, avec #Metoo, que le reste s’entrechoque un peu… Il y a eu l’affaire DSK, il y a dix ans, sur laquelle nous avons beaucoup travaillé et qui a eu pour effet de reconnaitre que : « Là, il y a vraiment un problème ». Mais avant, déjà, il y avait eu ce que l’on a appelé les « printemps arabes » dans lesquels les femmes ont joué un rôle très important. Tout a commencé en Tunisie, avec une femme policière qui a verbalisé un marchand ambulant, lequel lui donné une gifle. Puis l’on s'est aperçu que dans toutes ces révolutions arabes, en Égypte, notamment, mais pas seulement, le poids des femmes a été extraordinaire. Il y a eu une prise de conscience générale, jusque dans des endroits qui étaient moins peut-être concernés directement par la question de genre.
 
Retrouvez notre émission spéciale 8 mars en 2019 sur l'après #MeToo ► 

Et tous nos articles sur #Metoo ►#METOO #BALANCETONPORC CONTRE LES VIOLENCES SEXUELLES, PARTOUT LES FEMMES PASSENT À L'OFFENSIVE
Je choisirais avortement, parce que il y a une telle tentative de régression dans ce domaine dans beaucoup de pays, en particulier dans ce qu'on appelle les démocraties occidentales.
Sylvie Braibant
Quel mot choisiriez-vous parmi les mots des dix dernières années – règles, consentement, sexisme.. ?

Beaucoup choisiraient consentement, je pense. Paradoxalement, je choisirais avortement, parce que il y a une telle tentative de régression dans ce domaine dans beaucoup de pays, en particulier dans ce qu'on appelle les démocraties occidentales, que j'ai vraiment envie de choisir ce mot-là, pour lui garder toute son actualité.

►(Re)voir Sylvie Braibant dans le journal de TV5monde
►Terriennes avec la journaliste Camille Sarret Terriennes : chronique de Camille Sarret.

Quelle serait la plus belle avancée ?

Ce serait les hommes ! Qu’ils prennent conscience, partout, qu'il y a un vrai problème et que cela leur serait très bénéfique d'être conscient de ce problème. Tant que l’on n'aura pas avancé là-dessus, #yaduboulot sera encore d'actualité !
 
Pas d'avancée pour les droits des femmes sans les hommes : ici le chanteur Tiken Jah Fakoly, invité de notre émission spéciale pour l'abandon des mutilations génitales féminines ►
Notre dossier LUTTER CONTRE L'EXCISION
Rendez-vous dans dix ans : qu’espérez-vous pour les droits des femmes ?

On pourrait espérer qu’en France, il y ait une présidente de la République, et puis que de plus en plus de femmes occupent des postes de pouvoir, pas seulement en politique, mais aussi dans le monde industriel, économique… Et surtout que cessent les violences contre les femmes ! Que s'arrêtent toutes les violences, qu'elles soient sexuelles ou sociales. Il y a peu, c'était la journée des toilettes, et quand on voit toutes ces femmes qui subissent des violences parce qu'il n'y a pas de assez de toilettes pour elles, c'est tout à fait terrible.
 
Je ne citerais peut-être pas une personne en particulier, mais davantage les femmes qui se mobilisent, de plus en plus, dans les mouvements sociaux. Et puis celles qu'on désigne aujourd'hui "en première ligne".
Sylvie Braibant
Quelle serait la femme qui a le plus marqué la décennie ?

Il y a tellement de femmes extraordinaires qui ont marqué cette décennie… On pourrait citer des personnalités comme Michelle Obama ou Simone Veil. Je ne citerais peut-être pas une personne en particulier, mais davantage les femmes qui se mobilisent, de plus en plus, dans les mouvements sociaux. Et puis celles qu'on désigne aujourd'hui "en première ligne" et qui me semblent compter plus que d'autres, aujourd'hui. Si on prend par exemple la révolte des gilets jaunes, si on prend les révolutions arabes, si on prend l’épidémie de Covid… On voit que les femmes occupent un rôle absolument central, un rôle moteur et très positif.
 
Sylvie Braibant, lors du lancement de Terriennes, à Paris en mai 2011. 
Sylvie Braibant, lors du lancement de Terriennes, à Paris en mai 2011. 
©FV
A 18 ans, Sylvie Braibant entame sa première année d'études de Droits à Paris et assiste aux débats à l’Assemblée nationale au sujet de la légalisation de l’avortement (novembre 1974), un facteur déclencheur sans doute de son engagement féministe. C'est à TF1 qu'elle débute sa carrière dans le journalisme notamment aux côtés d'Anne Sinclair de 7/7, première femme seule aux manettes d'une émission politique à heure de grande écoute chaque dimanche. Elle a également collaboré régulièrement au Monde Diplomatique. Après 25 années passées à TV5Monde, la créatrice et rédactrice en chef de Terriennes (mais aussi d'autres programmes comme l'émission Kiosque, ou des spéciales élections) prend sa retraite en janvier 2019. Elle écrit aujourd'hui de manière ponctuelle pour le magasine Le 1 l'hebdo.
Notre portrait ►Femmes 2018 : Sylvie Braibant ou la rigueur bienveillante


Retrouvez notre dossier spécial anniversaire ► TERRIENNES : DIX ANS D'ENGAGEMENT ET D'INFORMATION
Cliquez ici pour suivre les chroniques hebdomadaires de Terriennes