Terriennes

"Tu enfanteras dans la douleur", le film qui brise le tabou des violences gynécologiques et obstétricales en France

Image extraite de <em>Tu enfanteras dans la douleur</em><br />
 
Image extraite de Tu enfanteras dans la douleur
 

Partout en France s'élèvent des témoignages de maltraitances physiques, psychologiques et sexuelles des femmes lors des accouchements ou des consultations médicales. Dans son documentaire, la cinéaste Ovidie recueille la parole de victimes de tous âges et de tous horizons, anonymes ou secrétaire d’Etat.

En France, les femmes sont de plus en plus nombreuses à dénoncer les violences gynécologiques et obstétricales subies pendant la grossesse et l’accouchement, au risque de se voir discréditées, voire dénigrées par certains professionnels de santé. Dans son film Tu enfanteras dans la douleur, programmé ce 16 juillet sur la chaîne de télévision ARTE, et visible en ligne, la réalisatrice Ovidie documente leurs traumatismes et l’activisme des collectifs féministes qui tentent de mettre fin à des méthodes archaïques. Mais aussi le désarroi des professionnels de santé, atterrés par les réductions budgétaires et l’insuffisance des moyens nécessaires à la bonne réalisation de leur mission.

Au-delà de l’insondable traumatisme des victimes, Ovidie montre le combat des associations féministes qui luttent au quotidien pour mettre fin aux violences gynécologiques et introduire la notion de consentement dans les cabinets de consultation et les salles de travail.

"On ne m'a pas prévenue", raconte Marlène Schiappa, qui se souvient d’un accouchement dont elle veut épargner certains "épisodes de boucherie". D’autres évoquent un "massacre", "l’horreur" ou un traumatisme revécu chaque nuit pendant des mois, les larmes aux yeux et des sanglots dans la voix.

"On ne m'a pas prévenue" - cette phrase revient dans le film comme un leitmotiv. La patiente à qui l’on fait une césarienne ou une épisiotomie, ou dont on déclenche l'accouchement, souvent, ne sait pas ce qui est fait. Quid de la loi Kouchner sur le consentement éclairé ? En France, mais aussi dans d’autres pays, comme en Italie, les femmes mobilisées décrivent leur épuisement face à la résistance et aux menaces du corps médical.

Dans la lignée militante de ses précédentes réalisations, la cinéaste engagée met aussi en exergue des alternatives peu médicalisées, comme la méthode Lamaze. Comment cette cinéaste, ancienne actrice et réalisatrice de films X, puis journaliste et écrivaine, en est-elle venue à réaliser un documentaire sur les violences obstétricales ? Rencontre avec Ovidie :

Pour quoi avez-vous voulu ce film sur les violences gynécologiques et obstétricales en France ?

C’était la suite logique du travail que j’ai effectué jusqu’à maintenant sur la représentation du corps des femmes et de leurs sexualités. Toujours avec l’idée que ce qui se passe dans l’intime a une résonnance et une signification politique. Réaliser un film sur l’accouchement, notamment sur les violences gynécologiques et obstétricales auxquelles sont soumises de nombreuses femmes était le prolongement de ces activités militantes.

Ce qui m’a interpellé lorsque j’ai découvert la thématique en tant que militante, c’est qu’elle était entièrement absente de la littérature et des combats féministes du moment. De plus, je trouvais très intéressant qu’il ait fallu attendre les réseaux sociaux pour que ce sujet refasse surface fin 2014 et début 2015 après des décennies d’oublis, pratiquement.

Les sujets liés au consentement, que ce soit en gynécologie, en obstétrique ou dans les rapports intimes, m’ont toujours paru importants et j’ai trouvé qu’il y avait un lien évident entre ce qui se passe au niveau mondial et cette idée qu’aujourd’hui, on n’impose plus de gestes aux femmes sans leur accord. Il m’a donc semblé important de le décliner jusqu’à l’accouchement.

Le film dénonce la froideur de certains médecins face aux douleurs des femmes, mais aussi des consultations où les médecins traitent le vagin comme n’importe quel organe…

À la base, il y a un décalage entre ce que vivent les soignants et les patientes. C’est-à-dire que certaines femmes ont la sensation que le gynécologue en face d’elles est un garagiste qui ne prend pas en compte l’individu qui est au bout du vagin. D’où le décalage, puisque cette partie du corps de la femme est entièrement désexualisée par les médecins. Ce qui est logique, mais ils se retrouvent en face de femmes qui sont en train de dévoiler leur intimité et qui n’ont pas désexualisé cette partie de leur anatomie lors des examens et des accouchements… Pour les patientes, leur vagin, c’est leur intimité. D’emblée, il y a une différence de perception.

Speculum.
Speculum.
www.gazettedesfemmes.ca

Par la suite, je pense qu’il y a eu une forme de déni de la part des professionnels de santé - lorsque les premiers témoignages ont fini par arriver sur les réseaux sociaux, à l’époque de la véritable libération de parole. Jusqu’à l’année dernière, ils ont catégoriquement nié le terme de violences gynécologiques et obstétricales sous prétexte qu’ils n’ont pas envie d’être perçus comme violents, ni maltraitants. D’où le déni, voire le discrédit sur la parole de ces femmes, de façon assez dérangeante et humiliante.

Des hypothèses ont été agencées pour expliquer qu’elles étaient nécessairement fragiles, et psychologiquement instables avec un passif compliqué car ce sont des violences qui n’existaient pas mais avaient été inventées par des parturientes l’ayant perçu ainsi…

Il y a toujours derrière cette idée d’infantiliser les femmes sous prétexte qu’elles n’ont rien compris aux gestes médicaux effectués sur elles et à l’accouchement, violent par essence. Et comme pour le mouvement #Metoo, au lieu de soutenir, d’écouter la parole des victimes pour mieux résoudre le problème, certains hommes officiant dans le domaine de la gynécologie et de l’obstétrique ont eu des mots malheureux dans les médias sous prétexte qu’ils n’étaient pas tous comme ça.

Ovidie
Ovidie
© Guy Cordishley/ Magneto Presse

Au-delà des césariennes sans anesthésie, des sutures à vif, des épisiotomies sans consentement, des remarques misogynes et de l’infantilisation, de nombreuses femmes font état d’un sentiment de viol. Comment l’interprétez-vous ?

La première chose à retenir est que ces femmes développent des séquelles semblables à celles d’un viol. Beaucoup de gynécologues et obstétriciens réfutent d’ailleurs la qualification de viol sous prétexte qu’ils ont désexualisé leurs pratiques et n’ont pas d’érection lors des consultations médicales. Pourtant, de nombreuses femmes ressentent et développent des séquelles graves dont la contraction du périnée qui rend douloureuse ou impossible toute pénétration lors de rapports intimes avec leur mari ou conjoint.

Plusieurs des femmes présentes dans le documentaire m’ont expliqué que les deux années qui ont suivi leur accouchement, lorsqu’elles étaient nues et se retrouvaient en situation d’intimité avec leur mari, elles revivaient la parturition. Donc, même si le cadre est médical et désexualisé, dès qu’il y a une pénétration d’objets ou un toucher vaginal à répétition et qu’on n’est pas consentante, le corps le traduit comme une invasion.

Il y a des femmes pour qui il n’y a pas de souci et qui arrivent d’elles-mêmes à désexualiser l’examen gynécologique. Je puis donc concevoir qu’il soit difficile pour le personnel soignant d’admettre le terme viol et qu’ils n’aient pas envie d’être perçus comme des violeurs, n’empêche que c’est ce que vivent les femmes. De ce fait, il faut en prendre acte et repenser certains examens, entamer le dialogue afin d’éviter des situations malfaisantes, limiter le toucher vaginal et mieux adapter les interventions à chaque femme.
 

Lorsque qu’on lui tire les jambes pour lui enfoncer des forceps malgré ses supplications, la femme le vit comme un viol collectif.
Ovidie

L’argument de la situation d’urgence est un argument que l’on entend beaucoup sur les réseaux sociaux, c’est également un raisonnement auquel je me heurte beaucoup dans le cadre de la diffusion prochaine du film sur les réseaux sociaux, de la part de certains gynécologues.

Mais lorsque l’on entend une femme expliquer qu’on lui tire les jambes pour lui enfoncer des forceps malgré ses supplications, elle le vit comme un viol collectif. Lorsqu’une autre femme remarque qu’elle va être césarisée à vif par un médecin qui rentre dans la salle sans même lui dire bonjour et parle d’elle à la troisième personne, ça montre bien qu’il y a chez certains soignants une forme totale de mépris des patients. Ce n’est pas un état dû uniquement à des situations d’urgence mais quelque chose à repenser au niveau du rapport entre la patiente et le professionnel de santé.

Ces interventions brutales sont-elles sans conséquences pour le nouveau-né ?

D’après les témoignages que l’on m’a rapportés durant le tournage, les principales conséquences sont des difficultés d’attachement à l’enfant, notamment dans les années qui suivent l’accouchement. De nombreuses femmes font état d’une difficulté à s’attacher à l’enfant parce qu’elles l’associent à un événement traumatique et ont du mal à le reconnaître en tant qu’individu. C’est ce qu’explique l’une des parturientes du film, elle avait du mal à comprendre ce qu’elle avait entre les bras car elle n’arrivait plus à associer ce qu’elle venait de subir à une naissance. Des difficultés maternelles peuvent se développer. 

Si dans les deux premières années de la vie de l'enfant, la mère est en dépression, cela fragilise les bases de l’attachement.
Ovidie

Une autre maman m’a expliqué que pendant deux ans, elle faisait toutes les tâches mécaniquement : donner le bain, promener le bébé en poussette, mais tous ces gestes étaient vides car elle avait du mal à prendre conscience qu’elle était la mère de l’enfant et qu’il y avait un lien entre eux. C’est donc une première conséquence pour le bébé. Car si dans les deux premières années de sa vie, la mère est incapable de se contrôler, qu’elle est en dépression, qu’elle n’arrive plus à dormir, que son couple est en train d’en pâtir, cela fragilise énormément les bases de l’attachement.

Le film donne la parole à différentes figures du corps médical (sage-femmes, gynécologues…) découragées par le manque de moyens. Pourquoi ?

Il me semble que ce que disent les professionnels de santé sur les réductions budgétaires ou le manque de moyens dans les hôpitaux est un argument tout-à-fait valable, même si elles n’expliquent pas certaines situations déplaisantes. Beaucoup de sages-femmes m’ont rapporté que ça leur était difficile de suivre, d’accompagner, d’encourager comme elles le souhaiteraient certaines femmes, notamment celles qui accouchent sous péridurale, car le fait de gérer plusieurs accouchements en même temps font qu’elles ne peuvent être suffisamment présentes. Cela a donc un impact sur nos conditions d’enfantement.

Ce qui ressort dans le documentaire, c’est qu’il y a aussi un certain nombre de protocoles mis en place pour des soucis de rendement et de gestion de l’hôpital. Ainsi, ignorant le nombre d’accouchements journaliers, les sage-femmes peuvent être complètement débordées et ne pas gérer comme il se doit certaines situations d’urgence. C’est d’ailleurs l’un des exemples donné par Marlène Schiappa lorsqu’elle parle de son accouchement personnel. Je puis donc comprendre qu’elles soient exténuées, irritées et peu écoutées. Bien que cela n’explique pas toutes les violences gynécologiques et obstétricales, il me semblait important de donner la parole à toutes les parties concernées pour qu’il n’y ait pas dans le film d’un côté des coupables et de l’autre, des victimes.

Pourquoi la parole de ces femmes est-elle longtemps restée inaudible dans les sphères publique et politique ?

Je crois qu’à partir des années 1960, l’urgence des mouvements féministes était la contraception, puis l’IVG, la décennie suivante. De nombreuses femmes étaient dans une situation d’urgence catastrophique suite aux avortements clandestins et le risque de décès était tel qu’il fallait résoudre ce problème avant toute chose.

Puis il y a eu le développement de la péridurale et les mouvements féministes ont cru à tort que le problème des douleurs de l’accouchement était résolu. On s’est donc éloigné des questions liées à l’intime, à la maternité et aux sexualités. Il y a eu d’autres enjeux politiques liés au genre, à l’égalité salariale, à la parité, au quota de représentation des femmes dans l’espace politique….

Je pense fermement que c’est par le prisme du consentement qu’on s’est véritablement intéressé à la question de l’accouchement ces dernières années. Ce n’est pas un hasard si les hashtags #PayeTonGynéco, #PayeTonUtérus se sont développés sur les réseaux sociaux avant le mouvement #Metoo. Ce sont les débats de ces dernières années sur le consentement qui ont porté le sujet au centre des préoccupations féministes et combats militants.

L’ordre des sages-femmes et le Collège national des gynécologues et obstétriciens français ont bien accueilli les conclusions du rapport commandé au Haut Conseil à l'Égalité par Marlène Schiappa. Des solutions durables en vue ?

Ce qui est positif avec la remise de ce rapport, c’est qu’il a permis un changement de discours des institutions qui sont maintenant obligées de se pencher sur le problème, ce qui n’était pas le cas lors de la commande par Marlène Schiappa. Beaucoup l’avaient perçu comme une insulte et ont fait un nombre conséquent d’interventions malheureuses dans les médias.

Ce qui me chagrine, c’est qu’à la suite de la remise du rapport avait été annoncée la mise en place de groupes de travail entre le ministère de l’Egalité homme-femme et le ministère de la Santé sur la question des violences gynécologiques et obstétricales. Or d’après mes renseignements, personne n’entend parler de ces résolutions - malgré l’annonce salutaire, il n’y a pas eu de suivi.

Qu’attendez-vous de la diffusion de votre documentaire ?

C’est le premier film qui dénonce les violences gynécologiques et obstétricales en France. J’espère donc à mon humble niveau qu’il contribuera à une prise de conscience collective et à une sensibilisation, car le déni persiste. Il m’arrive personnellement de me heurter à des regards dubitatifs lorsque dans le cadre de la promotion du film, j’aborde le sujet. L’objectif serait donc d’affirmer l’existence de ces situations scandaleuses afin de les combattre convenablement.