Terriennes

Une Journée des droits des femmes dans l'ombre du coronavirus

Chargement du lecteur...
©TV5monde ©AP Photo/Juan Karita
Les femmes défilent lors de la Journée internationale de la femme à Mexico, dimanche 8 mars 2020. Les manifestations contre la violence sexiste au Mexique se sont intensifiées dû à la  multiplication des meurtres de femmes et de filles. <br />
 

Du Pakistan à la Belgique en passant par l'Asie centrale et le continent latino-américain, des milliers de femmes et d'hommes ont manifesté dimanche 8 mars, à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, même si de nombreux rassemblements avaient été annulés en raison de l'épidémie de coronavirus. Retour sur les nombreuses mobilisations à travers le monde. 

Pakistan

Des milliers de femmes ont défié la société ultra-patriarcale du Pakistan dans plusieurs villes, aux cris de "Donnez-moi ce qui est à moi" et "Nous voulons la liberté". A Islamabad, des conservateurs leur ont lancé des bâtons et des pierres, blessant certaines et forçant d'autres à se mettre à l'abri jusqu'à ce que la police intervienne.

Des militantes du parti religieux pakistanais Jamaat-e-Islami participent à un rassemblement pour la Journée internationale de la femme à Peshawar, au Pakistan, le dimanche 8 mars 2020.
Des militantes du parti religieux pakistanais Jamaat-e-Islami participent à un rassemblement pour la Journée internationale de la femme à Peshawar, au Pakistan, le dimanche 8 mars 2020.
©AP photo /Muhammad Sajjad

Philippines

A Manille, des centaines de femmes et d'hommes ont brûlé une effigie du président philippin Rodrigo Duterte, accusé de misogynie.

Une caricature du président philippin Rodrigo Duterte est incendiée alors que des groupes de femmes organisent un rassemblement près du palais présidentiel de Malacanang pour marquer la Journée internationale de la femme le dimanche 8 mars 2020 à Manille, aux Philippines. 
Une caricature du président philippin Rodrigo Duterte est incendiée alors que des groupes de femmes organisent un rassemblement près du palais présidentiel de Malacanang pour marquer la Journée internationale de la femme le dimanche 8 mars 2020 à Manille, aux Philippines. 
© AP Photo/Iya Forbes

Soudan

Les femmes avaient été à l'avant-garde de la contestation qui a abouti à la chute de Omar el-Béchir. Onze mois plus tard, des dizaines de militantes soudanaises ont exprimé leur déception devant le ministère de la Justice à Khartoum.

 

Kirghizstan

La police kirghize a arrêté des dizaines de manifestantes – officiellement pour les protéger – après que des hommes masqués les eurent attaquées, selon un correspondant de l'AFP. Les assaillants ont arraché leurs pancartes et leur ont lancé des œufs avant de prendre la fuite.
 

Des policiers kirghizes détiennent une militante du mouvement des droits des femmes Femen sur la place de la Victoire lors de la célébration de la Journée internationale de la femme à Bichkek, Kirghizistan, dimanche 8 mars 2020.
Des policiers kirghizes détiennent une militante du mouvement des droits des femmes Femen sur la place de la Victoire lors de la célébration de la Journée internationale de la femme à Bichkek, Kirghizistan, dimanche 8 mars 2020.
© AP Photo/Vladimir Voronin

Turquie

Pas de manifestation à Istanbul: pour la deuxième année consécutive, le gouvernement avait interdit tout rassemblement pour la Journée internationale des droits des femmes. Plusieurs centaines d'entre elles qui souhaitaient manifester ont été dispersées par les forces de l'ordre à coups de gaz lacrymogène. "Longue vie à la lutte féministe" pouvait-on lire sur la pancarte d'une manifestante.

Le gouvernement a interdit tout rassemblement pour la Journée internationale des droits des femmes. Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'adresse à ses partisans, à l'extérieur d'Istanbul, dimanche 8 mars 2020 et appelle la Grèce à ouvrir ses frontières et à permettre aux migrants de se rendre dans d'autres pays européens 
Le gouvernement a interdit tout rassemblement pour la Journée internationale des droits des femmes. Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'adresse à ses partisans, à l'extérieur d'Istanbul, dimanche 8 mars 2020 et appelle la Grèce à ouvrir ses frontières et à permettre aux migrants de se rendre dans d'autres pays européens 
© Presidential Press Service via AP, Pool

Italie

Dans un pays paralysé par l'épidémie de coronavirus, le président Sergio Mattarella a dans un message vidéo "rendu hommage aux femmes, et elles sont nombreuses, qui travaillent dans les hôpitaux (...) dans les "zones rouges" (en quarantaine) pour lutter contre la propagation du virus".

Le personnel médical prend la température d'un homme à l'extérieur du stade Ennio Tardini , dimanche 8 mars 2020. Le président Italien Sergio Mattarella a rendu hommage aux femmes et notamment au personnel médical dans un message vidéo. 
Le personnel médical prend la température d'un homme à l'extérieur du stade Ennio Tardini , dimanche 8 mars 2020. Le président Italien Sergio Mattarella a rendu hommage aux femmes et notamment au personnel médical dans un message vidéo. 
© Piero Cruciatti/LaPresse via AP

Belgique

Environ 6.300 personnes ont manifesté à Bruxelles dimanche. Une des associations participantes, le Collecti.e.f 8 mars, a appelé les femmes de Belgique à arrêter toute forme de travail les 8 et 9 mars, sous le slogan "On s'arrête toutes, on arrête tout, on s'arrête partout", afin de dénoncer les inégalités et la discrimination.

France

A Paris, des militantes féministes ont déployé une banderole au pied du Panthéon, proclamant "Aux femmes, la matrie reconnaissante".

D'autres manifestantes s'étaient habillées (bleu de travail et fichu rouge) en "Rosie la riveteuse", "icône de toutes les travailleuses invisibles". A 15h40 – heure théorique où les femmes cessent d'être rémunérées compte tenu des écarts de salaires entre les sexes –, elles ont jeté leurs gants de ménage, manière de protester contre les inégalités de salaire et de répartition des tâches ménagères.

A l'occasion du 8 mars, des femmes se sont habillées en "Rosie la riveteuse", symbole féministe, à Paris, dimanche, 8 Mars, 2020. 
A l'occasion du 8 mars, des femmes se sont habillées en "Rosie la riveteuse", symbole féministe, à Paris, dimanche, 8 Mars, 2020. 
© AP Photo/Thibault Camus

Espagne

Une marée violette à Madrid, mais moins massive qu'en 2019 en raison des craintes liées au coronavirus: environ 350.000 femmes sont descendues dans les rues de la capitale pour défendre leurs droits. Des dizaines de milliers se sont aussi mobilisées dans les grandes villes du pays.
People, mostly women, gather during a rallyto mark the International Women's Day in Madrid, Spain, Sunday, March 8, 2020. Thousands of women are marching in Madrid and other Spanish cities as part of International Women's Day despite fears of the spread of the coronavirus. 
People, mostly women, gather during a rallyto mark the International Women's Day in Madrid, Spain, Sunday, March 8, 2020. Thousands of women are marching in Madrid and other Spanish cities as part of International Women's Day despite fears of the spread of the coronavirus. 
© AP Photo/Manu Fernandez

Chili

"Un violeur sur ton chemin" : la performance du collectif chilien LasTesis, devenu un hymne mondial contre les violences envers les femmes, a été la grande star du défilé à Santiago, qui a réuni entre 125.000 et 500.000 manifestantes, selon les chiffres de la police et des organisatrices.

Le cortège, long de 4 km, s'est arrêté à plusieurs reprises pour que les manifestantes puissent reprendre la chorégraphie chantée qui dénonce les manquements des institutions dans la lutte contre les violences machistes.

Des femmes crient un slogan contre le président chilien Sebastian Piñera devant le palais présidentiel de La Moneda, lors d'une manifestation marquant la Journée internationale de la femme, à Santiago du Chili, dimanche 8 mars 2020
Des femmes crient un slogan contre le président chilien Sebastian Piñera devant le palais présidentiel de La Moneda, lors d'une manifestation marquant la Journée internationale de la femme, à Santiago du Chili, dimanche 8 mars 2020
© AP Photo/Esteban Felix

Mexique 

A Mexico, des centaines de milliers de femmes ont poursuivi la mobilisation des dernières semaines contre les féminicides (1.006 dans le pays en 2019, selon les statistiques nationales). "Plus un seul assassinat" était leur slogan.

Les femmes défilent lors de la Journée internationale de la femme à Mexico, dimanche 8 mars 2020. Les manifestations contre la violence sexiste au Mexique se sont intensifiées dû à la  multiplication des meurtres de femmes et de filles. 
Les femmes défilent lors de la Journée internationale de la femme à Mexico, dimanche 8 mars 2020. Les manifestations contre la violence sexiste au Mexique se sont intensifiées dû à la  multiplication des meurtres de femmes et de filles. 
© AP Photo/Eduardo Verdugo

Brésil

Au-delà des revendications habituelles sur l'égalité entre les sexes et les violences machistes, des milliers de Brésiliennes ont défilé à Sao Paulo et dans plusieurs autres villes sous le mot d'ordre "Il ne peut pas continuer", une allusion aux nombreux dérapages machistes du président d'extrême droite Jair Bolsonaro.

Des femmes défilent en criant des slogans contre le président brésilien Jair Bolsonaro et tenant une bannière "Ensemble, nous sommes des géantes" pour marquer la Journée internationale de la femme à Sao Paulo, Brésil, dimanche 8 mars 2020. 
Des femmes défilent en criant des slogans contre le président brésilien Jair Bolsonaro et tenant une bannière "Ensemble, nous sommes des géantes" pour marquer la Journée internationale de la femme à Sao Paulo, Brésil, dimanche 8 mars 2020. 
© AP Photo / Andre Penner

Equateur

A Quito, au milieu d'une manifestation réunissant plusieurs milliers de femmes pour défendre leurs droits, une trentaine d'Amérindiennes en tenue traditionnelle et le visage couvert de peintures colorées, ont dansé pour la défense de la forêt amazonienne.