Terriennes

Victoria Bateman, la féministe qui déshabille le Brexit

Capture d'écran "Brexit leaves Britain naked" sur www.junction.co.uk

S'il a lieu, le Brexit laissera la Grande-Bretagne vulnérable et nue comme un ver - telle est la conviction de Victoria Bateman. Pour illustrer son propos, cette économiste féministe se présente sur scène et à la télévision dans le plus simple appareil. Shocking ? Peut-être, mais alors qu'une nouvelle réunion se tient à Bruxelles, pas si farfelu.

Victoria Bateman n'est pas une exhibionniste. Diplômée de la très prestigieuse université d'Oxford, elle enseigne à la non moins prestigieuse université de Cambridge. Mariée à un économiste, la professeure Bateman, 39 ans, est elle-même spécialiste de macro-économie et d'histoire économique du Royaume-Uni. Elle se présente comme une "féminomiste" de la première heure - à la fois économiste et féministe - elle étudie notamment la place des femmes, occultée, souvent, dans l'économie.

Le Brexit : l'habit neuf de la Grande-Bretagne ?

Victoria Bateman n'a jamais rien caché de son opposition au Brexit. Au lendemain de la publication des résultats du référendum, en juin 2016, déjà, elle manifestait à Cambridge en costume d'Eve. A sa manière, la spécialiste d'économie voulait incarner la situation dans laquelle se trouvera la Grande-Bretagne post-Brexit, en deux mots  : à poil !

La docteure Bateman compare le Brexit au jeu de dupes relaté dans le conte d'Hans Christian Andersen Les habits neufs de l'empereur : "Le roi est nu" s'écrie, ingénu, un enfant, devant le souverain qui pense arborer un habit très spécial que lui ont vendu une paire d'escrocs - un habit soi-disant invisible aux idiots et aux incompétents. Personne ne le voit, mais nul n'ose le dire. Et pour cause, il n'y a pas d'habits : le roi est nu. Quant au "syndrome des habits de l'empereur", il décrit ce phénomène psychologique selon lequel un diagnostic erroné peut être confirmé par plusieurs médecins par "contamination" du diagnostic précédent. 
 

Je suis féministe et donc passionnément attachée à mes libertés, à commencer par la liberté des femmes à disposer de leurs corps.

Victoria Bateman

La Grande-Bretagne toute nue

Peu après le référendum, Victoria Bateman assiste à un séminaire économique à l'Université de Cambridge, à nouveau nue, en signe de protestation contre le Brexit. Sur son ventre et sa poitrine, elle affiche Brexit leaves Britain naked ("Le Brexit laisse la Grande-Bretagne toute nue).

Photo sur www.junction.co.uk

Le féminisme est-il soluble dans le Brexit ?

Fin 2018, avant les reports successifs de la signature de l'accord sur le Brexit, Victoria Bateman expose dans une vidéo sa "vérité toute nue" sur le Brexit - une vérité qui révèle aussi la féminoniste en elle : "Je suis féministe et donc passionnément attachée à mes libertés, à commencer par la liberté des femmes à disposer de leurs corps, quoi qu'en pense l'Etat ou la société." Quel rapport avec le Brexit ? "Nombreux sont ceux qui ont voté pour, l'ont fait pour redonner davantage de liberté à l'Etat-nation. Et la liberté de circuler, d'étudier, de travailler, si essentielle à l'épanouissement individuel ? Je crois que tout un chacun doit avoir le droit aux mêmes libertés, qu'importe où et de qui il est né. Jusqu'au 20e siècle, l'histoire nous a montré que l'isolationnisme allait de pair avec une restriction des droits individuels. L'Union européenne, c'est le garant que chaque pays garde un oeil sur ce qu'il se passe chez les autres et s'assure que les droits individuels soient respectés."

Le 14 janvier 2019, elle donne une conférence d'une heure contre le Brexit dans une salle de concert à Cambridge, nue, puis elle demande à l'auditoire de signer son corps, comme une pétition. Elle est ensuite invitée à participer à l'émission Today sur BBC Radio 4, dans laquelle elle est également dévêtue. Elle y invite Jacob Rees-Mogg, financier et homme politique anglais partisan de la sortie de l'Union européenne, à un débat à nu. Il ne donnera pas suite, mais voilà qui conduit Victoria Bateman sur le plateau de l'émission Good Morning Britain, qui rassemble en moyenne 700 000 spectateurs/trices par jour, même si son corps est flouté lors de la diffusion.

Vous avez dit féminoniste ?

Victoria Bateman s'est spécialisée dans un sujet qui lui tient à coeur : l'économie d'un point de vue féministe. En d'autres termes, elle étudie le rôle essentiel des femmes dans l'économie. Et si elle intervient nue dans les médias, sociaux ou classiques, c'est aussi pour mieux se faire entendre, dit-elle. Ou plutôt pour mieux se faire voir, au goût des plus dubitatifs : "L'économiste nue sert-elle la cause du féministe en se dévêtant ? Ou perd-elle le fil de sa démonstration avec ses vêtements ? Elle dit que c'est le seul moyen d'amener les hommes à l'écouter."


Est-ce "dévalorisant" de se sentir bien dans sa peau ? De montrer que derrière toute femme nue, il y a un cerveau ?

Victoria Bateman

 

A celles et ceux qui trouvent son approche vaine, trop facile,voire humiliante pour les femmes, et même comme un déplorable exemple pour les jeunes, elle répond : "En économie, j'ai l'habitude d'utiliser les mots et les équations pour faire une démonstration." Là, dit-elle, elle utilise le pouvoir de l'image pour communiquer son message; ni plus ni moins : "Pourquoi ne devrais-je pas utiliser mon corps - et mon cerveau - pour lutter contre le Brexit ? Est-ce "dévalorisant" de se sentir bien dans sa peau ? De montrer que derrière toute femme nue, il y a un cerveau ? De montrer que la valeur d'une femme n'est pas proportionnelle à sa discrétion ? Non."
 

En 2014, elle commande au peintre Anthony Connolly un portrait d'elle nue, pour une exposition de la Federation of British Artists. La peinture, argumente-t-elle, questionne la sexualisation des femmes dans la société moderne.  "Ce sont rarement les femmes peintes qui décident de ce à quoi le tableau ressemblera. Là, j'ai tout choisi", explique-t-elle .

Portrait de Victoria Bateman nue
Portrait de Victoria Bateman nue

Le partage de ce portrait à des collègues a attiré à son mari, James Bateman, les foudres de l'une de ses collaboratrices juristes. Margaret Rowe, licenciée plus tard par l'entreprise, va alors accuser ses employeurs de discrimination et licenciement abusif parce qu'elle avait osé critiquer la circulation du nu de Mme Bateman. Elle porte plainte. Le tribunal l'a déboutée.

En juin 2018, Victoria Bateman assiste au dîner de fin d'année des superviseurs du Gonville and Caius College, vénérable institution de Cambridge, en combinaison transparente, avec les mots "my body my choice" écrits sur son corps.

Parmi l'un de ses nombreux chevaux de bataille : la reconnaissance par les économistes de la valeur économique du commerce du sexe et le droit des femmes à gagner leur vie par la prostitution. En juillet 2018, elle publie une vidéo dans laquelle elle apparaît nue et discute de l'inégalité dans l'économie. Elle est l'autrice de Sex Factor - Le facteur sexe : comment les femmes ont enrichi l'Occident paru en 2019. Ou pourquoi l'égalité des sexes est un facteur de prospérité...

Solidarité féminoniste

Victoria Bateman fait des émules et peu à peu, d'autres suivent son exemple pour manifester leur opposition au Brexit. A commencer par Rachel Johnson; totalement en opposition avec son frère, l'ancien ministre britannique des Affaires étrangères conservateur Boris Johnson, pro-Brexit pur et dur. A 53 ans, elle aussi prend position devant les caméras pour montrer que le divorce avec Bruxelles va laisser la Grande-Bretagne "toute nue". A son tour, elle s'effeuille en direct sur Sky News le 14 février, face à un plateau à la fois gêné et hilare. "Je sais combien il est difficile de se faire entendre sur la question du Brexit aujourd'hui [...] En solidarité avec la professeure Bateman, j'ai décidé de suivre son geste, chaque fois que nous déciderons de parler du Brexit, pour être sûre d'être entendue."

Dans le même esprit, des militants anti-Brexit se sont livrés à un simulacre du film à succès The full monty au Palais de Westminster, où siège le Parlement. Depuis la rampe des visiteurs, ils présentent leurs postérieurs aux députés. Avec un message on ne peut plus clair : "Brexit is a bum deal" (le Brexit est un accord de dupes (le terme bum signifiant aussi "fesses").

 
Lire aussi dans Terriennes
>Brexit : Theresa May, la femme-roseau