A Gaza, les impacts de la guerre sur des femmes déjà fragilisées

Depuis l'attaque du 7 octobre 2023 du Hamas contre Israël, les frappes de représailles contre Gaza ont fait des milliers de morts et de blessés, dont plus de la moitié sont des femmes et des enfants. Restées veuves, enceintes, sans ressources, livrées à l'insécurité alimentaire, sans eau ni électricité, les survivantes sont les premières à subir les répercussions des affrontements.

Partager2 minutes de lecture

Selon le ministère de la Santé du Hamas, près de 7000 personnes, dont 3000 enfants, ont été tuées depuis le début des frappes israéliennes sur la bande de Gaza et environ 17 000 ont été blessées.

Tweet URL

Plus d'un million de personnes, soit près de la moitié de la population de Gaza, sont déplacées, dont, selon ONU Femmes, près de 493 000 femmes et filles. L'organisation précise aussi que les infrastructures civiles sont très endommagées : 5 262 bâtiments détruits ou gravement touchés par les frappes israéliennes.

Palestiniennes gaza

Palestiniennes devant des bâtiments détruits par des frappes israéliennes dans le camp de Nuseirat, au centre de la bande de Gaza, le 16 octobre 2023.

©AP Photo/Hatem Moussa, File

La vulnérabilité des femmes

Dans son rapport publié le 20 octobre 2023, les Nations unies alertent sur les besoins urgents et la vulnérabilité particulière des Gazaouies, sur ce territoire où la situation était déjà désastreuse avant le début du conflit. Leurs fragilités sont, en effet, aggravées par les lois palestiniennes, qui placent les femmes sous la tutelle et la protection d'une autorité masculine.

Sans autonomie financière, parfois sans papiers d'identité, elles sont plus exposées aux violences sexistes et à l'insécurité alimentaire. Elles ont aussi plus de risques de se retrouver dans des logements ou des abris temporaires insalubres.

Femmes et enfants gaza

Femmes et enfants après une offensive aérienne contre, la bande de Gaza, le 21 octobre 2023.

©AP Photo/Abed Khaled

Veuves et orphelins

ONU Femmes estime également que, plus de 1500 hommes ayant été tués, le nombre de veuves a considérablement augmenté. Près de 900 nouveaux ménages sont désormais dirigés par des femmes. Des femmes à qui la société palestinienne très patriarcale reconnaît peu de droits, alors qu'elles sont en charge des plus de 3000 enfants qui ont perdu leur père.

Tweet URL
En 2014, les attaques israéliennes sur la Bande de Gaza avaient causé la mort de près de 2 200 Palestiniens. Des centaines de femmes étaient alors devenues veuves, sans plus aucun statut social et soumises à une forte pression. En 2015, Arte leur consacrait ce reportage :

Femmes enceintes sans soins

Selon le Fonds des Nations unies pour la population, sur les 540 000 femmes en âge de procréer à Gaza, 50 000 sont actuellement enceintes et 5 522 devraient accoucher d'ici fin novembre 2023. Or les hôpitaux de l'étroit territoire palestinien font déjà face à de graves pénuries d'approvisionnement pour soigner les milliers de blessés qui affluent après près de trois semaines de guerre entre le Hamas et Israël.

Tweet URL

 

Conséquence du "siège complet" annoncé par Israël, l'apport en électricité de la bande de Gaza a été coupé. Le territoire a donc principalement recours à des générateurs, lesquels nécessitent pour fonctionner du carburant, dont la bande de Gaza manque cruellement.

Nouveaux-nés en danger

Ainsi le fonctionnement des couveuses de plus de 120 nouveau-nés prématurés, d'après un décompte du Fonds des Nations unies pour l'enfance, est-il en péril. "Actuellement, nous avons plus de 120 nouveau-nés dans des couveuses, dont 70 sous ventilation mécanique et bien entendu, c'est pour eux que nous sommes particulièrement préoccupés", déclare le porte-parole de l'Unicef à Jérusalem, Jonathan Crickx.

Tweet URL

"La plupart des habitants de la bande de Gaza n’ont plus accès à l’eau potable", ajoute le Bureau de la coordination des affaires humanitaires, d'autant qu’un réservoir d’eau et une usine de désalinisation ont été touchés par des frappes aériennes. De plus, les installations sanitaires ont été endommagées, détruites ou rendues inopérantes

"Bien que l’attention se concentre sur Gaza, la situation en Cisjordanie reste tendue", note le Bureau de la coordination des affaires humanitaires, évoquant là aussi des déplacements de populations. Les violences se poursuivent et s'étendent au-delà de Gaza et d'Israël : une centaine de Palestiniens ont été tués en Cisjordanie depuis le 7 octobre, tandis que des combats se déroulent aussi en Syrie et au Liban.
Tweet URL