Terriennes

Viols et féminicides au Sénégal : "Dafa Doy !" - plus jamais ça !

Chargement du lecteur...
TV5MONDE

Trois meurtres et plusieurs tentatives de viol en une semaine - au Sénégal, l'opinion publique et les associations se mobilisent. Ce 25 mai, plusieurs centaines de manifestant.e.s étaient rassemblé.e.s dans la capitale pour crier Dafa Doy ! - Plus jamais ça ! Reportage.

Tambacounda, à 420 km à l'est de Dakar, dans le centre du pays : le 18 mai, Bineta Camara, 23 ans, fille du directeur général de l’Agence de développement local, est retrouvée violée et étranglée à mort chez elle. Peu avant, une autre jeune fille était assassinée à Thiès, dans l'ouest du pays. "Toutes deux dans des conditions atroces", précise un communiqué du ministère chargé de la Femme et du Genre.

Trois jours plus tard, le cadavre dénudé d’une femme est retrouvé dans le quartier de Ouakam, à Dakar. D'autres victimes viennent s'ajouter à la longue liste d'agressions et d’abus sexuels rapportées par la presse cette semaine-là, comme la précédente, et comme celle d’avant encore.

Les drames de trop

Alors les organisations de défense des droits des femmes et les groupes de femmes sur les réseaux sociaux montent au créneau. Elles dénoncent cette recrudescence des viols et la banalisation des violences envers les femmes, réclament justice pour les victimes et appellent à la mobilisation le samedi 25 mai à Dakar.

Ce jour-là, quelque 300 personnes étaient au rendez-vous place de la Nation, à Dakar. Des militantes féministes, des proches de victimes, des représentants politiques – dont la mairesse de Dakar Soham El Wardini. Quelques hommes aussi. Les visages maquillés évoquent l'insuportable. Sur les t-shirts, du faux sang et un message clair en wolof : "Plus jamais ça !"
 

Les manifestants exigent une réponse ferme des pouvoirs publics à la violence meurtrière qui occupe les premières pages des journaux sénégalais . "Cette semaine a été très dure pour les femmes", souligne Codou Loum, journaliste sénégalaise au visage barré d'une fausse plaie béante. Du gouvernement, elle attend "des mesures concrètes". Comme toutes les organisations de la société civile regroupées au sein du collectif "Dafa Doy", qui exigent la criminalisation du viol - c'est actuellement un délit au Sénégal. 

Dans le même but, l'organisation Jeunesse féminine pour l'action (Youth Women for Action, YWA) a lancé une pétition en ligne qui, à ce jour, a recueilli près d'un millier de signatures.

Aller sur le site de la pétition de YWA/Sénégal ► Durcir les sanctions pour protéger nos sœurs des abus et violences YWA s'engage et vous ?
 

Ne rien dire pour préserver l'harmonie familiale

Le viol - un traumatisme qui a laissé des traces profondes sur une jeune femme qui livre un témoignage rare dans une société sénégalaise où le sujet reste tabou. Abusée par un proche de sa famille à l'âge de 11 ans, elle se souvient : "J'en ai juste parlé avec ma mère, qui  m'a conseillé de ne rien dire. Cela briserait l'harmonie  de  la  famille... C'était un  proche  de  mon  jeune  oncle,  il  venait  souvent  à  la  maison,  on s'entendait bien." 

Aujourd'hui encore, elle refuse d'en parler avec un psy - elle estime au-dessus de ses forces de revivre  cet épisode douloureux. Avec le temps, elle a pansé ses blessures, seule, et sans jamais voir son violeur condamné.

Il faut les mettre en confiance, leur apprendre ce qu'est un abus sexuel, pour qu'elles puissent se défendre et dénoncer.
Néné Fatou Maricou, présidente de YWA​

Devoir garder le silence représente une souffrance supplémentaire pour les victimes. Néné Fatou Maricou, présidente de YWA l'a bien compris qui, pour briser la spirale du secret, organise des groupes de parole : "Il est très compliquée de libérer la parole des jeunes filles, car la société est très conservatrice. Il faut les mettre en confiance, leur apprendre ce qu'est un abus sexuel, pour qu'elles puissent se défendre et dénoncer", explique-t-elle.

Action, réaction ?

La justice a-t-elle entendu les militant.e.s ? Toujours est-il que ce 27 mai, deux ans de prison, dont six mois fermes, ont été requis à Dakar contre Ousmane Mbengue pour "provocation à la commission de crime ou délit" et "menace de mort". En réaction au meurtre de Bineta Camara à Tambacounda, une semaine auparavant, ce jeune délégué médical a appelé sur Facebook à "diminuer" le nombre "des femmes au Sénégal pour espérer éventuellement être un pays développé un jour". "On devrait en tuer beaucoup même. Tous les problèmes du Sénégal viennent des femmes", ajoutait-il, avant de présenter des excuses publiques, puis de les réitérer à la barre devant le tribunal.

Ddéjà condamné à six mois de prison avec sursis pour menaces envers son ex-épouse, le jeune homme affirme que ce message est "une plaisanterie". Ses avocats ont plaidé l'acquittement , certains avec des arguments imparables : "Si on tue toutes les femmes, qui va donner vie aux Sénégalais de demain ? Qui va s'occuper d'eux, qui va leur faire la cuisine ? Bien sûr que mon client ne veut pas tuer toutes les femmes !"