Terriennes

ZEvent 2021 : un record, du sexisme et un cas de harcèlement

La joueuse Ultia, dans un live sur la plateforme Twitch revient sur l'événement ZEvent 2021 et sa mise en cause pour avoir dénoncé les propos sexistes du streamer Inoxtag.
La joueuse Ultia, dans un live sur la plateforme Twitch revient sur l'événement ZEvent 2021 et sa mise en cause pour avoir dénoncé les propos sexistes du streamer Inoxtag.

ZEvent 2021 s'est conclu ce dimanche 31 octobre après cinquante heures de streaming de jeux vidéo sans interruption. Cet événement a permis de récolter plus de dix millions d'euros pour Action contre la Faim. Malgré ce succès, cette édition soulève des questions dérangeantes sur le monde du jeu vidéo en ligne dont celles du sexisme et du harcèlement des joueuses.

ZEvent 2021 a permis de récolter un peu plus de dix millions d'euros pour l'ONG française "Action contre la faim". Ce sont les dons des internautes (les viewers) qui ont permis d'atteindre cette somme record pour ce genre d'événement, après plus de 50 heures de streaming (diffusion en directe) en continu diffusé sur Twitch, la plateforme d'Amazon. En 2018, la deuxième édition de ZEvent avait alors récolté plus d'un million d'euros pour l'ONG "Médecins sans frontières".
 
Chargement du lecteur...
 

Sexisme et propos dégradants d'une star du jeu

Lors de la dernière journée de ce marathon caritatif des jeux vidéo, un record d'audience de 453 000 spectateurs en simultané a été battu par un jeune streamer : Inoxtag. Le jeune homme de 19 ans avait invité une actrice mexicaine, Andrea Pedrero sur la plateforme, pour soutenir sa perfomance. Le jeune français a eu alors un comportement totalement déplacé à l'égard de son invitée… qui ne comprenait pas le français. Les 453 000 spectateurs ont ainsi pu voir le joueur tenir des propos ouvertement sexistes et dégradants à l'égard de l'actrice : "C’est une bombe atomique" (…) "C’est moi qui vais la soulever", puis Inoxtag s'est rétracté en affirmant "Non, je plaisante, je plaisante", et enfin a fait répéter à l'actrice : “tu as une grosse b…", et d'autres phrases à caractère sexuel. C'est ce que rapporte le site, Le journal du geek.

Le comportement de ce joueur sur le salon de discussion (tchat, en anglais) de Twitch n'a malgré tout pas été critiqué. Jusqu'à qu'une des rares participantes — 9 femmes sur 53 participaient à ZEvent — ne réagisse. Ultia — c'est son pseudonyme — a déclaré sur son salon : ""Il lui dit que des trucs sexistes, le tchat est sexiste. Évidemment que ça fait des viewers. Et nous on applaudit quelqu'un alors que tout le monde était en train de la fétichiser, de la sexualiser parce qu'elle ne parle pas français. Ça ne fait rire que des misogynes. Et de dire que c'est une blague ? Sous couvert de blague on peut en dire des choses homophobes, sexistes, racistes. C'est très facile de dire que c'est une blague. Le record de viewers, mais à quel prix ?"

Harcèlement et appel au viol des gamers

Immédiatement après avoir réagi, la streameuse Ultia a reçu une avalanche d'insultes, de propos dégradants et sexistes de la part des membres de la communauté des gamers, en particulier sur Twitter et Instagram. Des appels au viol ont été proférés. Plus de 30 000 tweets ont circulé au sujet de la streameuse Ultia, qui a fini par faire passer ses comptes Twitter et Instagram en privé pour stopper la déferlante de messages haineux qu'elle recevait.

Inoxtag, voyant l'ampleur du harcèlement à l'égard de la joueuse — causé par ses propos sexistes—, a fini par aller s'excuser sur le tchat de la jeune femme. Le joueur a alors expliqué que ses actions [à l'égard de l'actrice mexicaine] "ne se reproduiraient plus" et a appelé ensuite sa communauté à soutenir la joueuse face à la vague de harcèlement dont elle était victime.

Sexisme et harcèlement au pays des gamers

Le principal organisateur de ZEvent, ZeratoR (Adrien Nougaret) a réagi dans un premier pour dire qu'il n'était pas "responsable du comportement de ses invités". Il  a ensuite tweeté que le harcèlement dont était victime Ultia était une "pseudo-polémique", pour finalement supprimer très peu de temps après ce message. Finalement l'instigateur de ZEvent a posté un tweet condamnant le harcèlement  le lendemain soir de l'événement, le 1er novembre :
 
La condamnation tardive du principal organisateur de l'événement, plus de 24 heures après l'inciden, interroge sur la place réservée aux femmes dans le monde du jeu vidéo. Ultia a exprimé par la suite sur sa chaîne Twitch qu'elle ne voulait pas que les organisateurs de ZEvent 2021 tweetent sur le problème. Il n'en reste pas moins que la capacité de cette communauté — majoritairement masculine — à modifier les comportements sexistes et misogynes de ses membres, semble encore très faible.