Vidéos
Chargement du lecteur...

Ethiopie : Abiy Ahmed, de prix Nobel de la paix à chef de guerre

Lors de son discours en tant que récipiendaire du prix Nobel de la paix en 2019, Abiy Ahmed qualifiait la guerre d'"incarnation de l'enfer". Depuis plus de 10 jours, le Premier ministre éthiopien est pourtant à la tête d'un conflit armé dans son pays. Opposant le pouvoir central aux forces du Front de Libération du Tigré (TPLF), la guerre aurait déjà fait plus de 14 000 réfugiés au Soudan et causé plusieurs massacres de civils selon l'ONU. 

Durée : 
1 min 48

Les dernières vidéos

2 : 43
C'est le film de la cinéaste belge Chantal Akerman "Jeanne Dielman, 23 Quai du Commerce - 1080 Bxl" qui a été élu "Meilleur film de tous les temps"....
3 : 38
Les Vingt-Sept de l’UE sont en sommet en Albanie avec les dirigeants de six pays des Balkans occidentaux afin de resserrer les liens et parler...
1 : 58
Un jeune migrant a été touché par un tir à balles réelles alors qu'il tentait de pénétrer illégalement en Bulgarie. Les faits remontent à début...
2 : 09
Malgré la barrière de la langue, les jeunes Tunisiens, souvent diplômés, sont de plus en plus nombreux à vouloir émigrer légalement vers l’Allemagne,...
1 : 43
La guerre entre la Russie et l'Ukraine est-elle en train de basculer dans une autre dimension ? La Russie considère-t-elle ces attaques comme un acte...
2 : 22
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’attaque à l’Église orthodoxe ukrainienne, soupçonnée d’accointances avec la Russie. Comment expliquer...
1 : 59
La guerre entre la Russie et l'Ukraine est-elle en train de basculer dans une autre dimension ? Pour la 1ère fois, des attaques ont visé des bases...
2 : 10
La COP15 se réunit à partir du 7 décembre à Montréal au Canada. Elle espère conclure une entente pour protéger 30% des milieux terrestres et marins...
2 : 55
Malgré la barrière de la langue, les jeunes Tunisiens sont de plus en plus nombreux à vouloir émigrer légalement vers la première économie...
5 : 35
La menace terroriste a-t-elle été sous-estimée en 2016 ? "Il est compliqué de tout mettre sur le dos des services de renseignement." répond Sébastien...