Vidéos
Chargement du lecteur...
© TV5MONDE

La Tanzanie veut taxer perruques et extensions de cheveux

Arborer des faux cheveux en coûtera plus cher aux Tanzaniennes. Le 13 juin 2019, Philip Mpango, le ministre tanzanien des Finances, a annoncé une taxe de 25% sur les perruques et extensions capillaires importées dans le pays. Les produits nationaux seront taxés, eux, de 10%. Ces mesures, destinées à renflouer les caisses de l'État, devraient entrer en vigueur le 1er juillet. Elles inquiètent les coiffeurs et les Tanzaniennes, nombreuses à porter des faux cheveux.
Durée : 
1 min 38

Les dernières vidéos

1 : 36
Les Irakiens sortent toujours massivement dans la rue pour manifester leur volonté de changer de régime, et ce, malgré une attaque, vendredi soir, à...
2 : 01
Il s'appelle Ayoub Boudad. Ce marocain a participé au mouvement de contestation du 20 février 2011 au Maroc. Il a fait de la prison et aujourd'hui,...
1 : 29
Après la mort des 13 soldats français au Sahel, Emmanuel Macron a invité les présidents des cinq pays du Sahel à une réunion, en France, le 16...
1 : 45
À cinq jours de la présidentielle contestée en Algérie, les expatriés algériens de France peuvent d'ores et déjà voter. Un vote qui se déroule dans...
1 : 06
Une attaque a eu lieu ce vendredi 06 décembre, sur la base aéronavale de Floride. Un homme, muni d'une arme de poing a tiré sur les soldats présents,...
12 : 07
Halimatou Gadji et Ndiaye Ciré-Bâ, les interprètes de Mareme et Djalika dans la série sénégalaise "Maîtresse d'un homme marié" reviennent sur le...
1 : 20
Un débat inédit entre les cinq candidats à l'élection présidentielle algérienne a eu lieu hier soir, vendredi 06 décembre, à quelques jours du...
1 : 23
La réforme des retraites sera présentée par le Premier ministre, Edouard Philippe, mercredi 11 décembre. Pour l'instant l'exécutif ne cède pas. En...
1 : 32
A Madrid, Greta Thunberg en appelle à la responsabilité de tous. Qui parmi les dirigeants à la COP 25 prendront des décisions fortes pour sauver le...
1 : 15
Cet après-midi, une foule exceptionnelle s'est réunie dans la capitale, comme chaque vendredi depuis 42 semaines, pour dire non à la présidentielle...