Vidéos
Chargement du lecteur...

Pourquoi la libra de Facebook inquiète-t-elle les Etats souverains ?

Le groupe américain Facebook s'apprête à lancer sa propre monnaie virtuelle d'ici 2020, la libra. La communauté internationale et notamment le G7 n'entendent pas laisser faire le géant du web. La libra inquiète plus que d'autres monnaies qui existent déjà comme le Bitcoin, car elle pourrait toucher directement les utilisateurs de Facebook, à savoir plus de 2 milliards de personnes, soit le tiers de la population mondiale, et pourrait faciliter les activités illégales. 

Les dernières vidéos

1 : 36
Les Irakiens sortent toujours massivement dans la rue pour manifester leur volonté de changer de régime, et ce, malgré une attaque, vendredi soir, à...
2 : 01
Il s'appelle Ayoub Boudad. Ce marocain a participé au mouvement de contestation du 20 février 2011 au Maroc. Il a fait de la prison et aujourd'hui,...
1 : 29
Après la mort des 13 soldats français au Sahel, Emmanuel Macron a invité les présidents des cinq pays du Sahel à une réunion, en France, le 16...
1 : 45
À cinq jours de la présidentielle contestée en Algérie, les expatriés algériens de France peuvent d'ores et déjà voter. Un vote qui se déroule dans...
1 : 06
Une attaque a eu lieu ce vendredi 06 décembre, sur la base aéronavale de Floride. Un homme, muni d'une arme de poing a tiré sur les soldats présents,...
12 : 07
Halimatou Gadji et Ndiaye Ciré-Bâ, les interprètes de Mareme et Djalika dans la série sénégalaise "Maîtresse d'un homme marié" reviennent sur le...
1 : 20
Un débat inédit entre les cinq candidats à l'élection présidentielle algérienne a eu lieu hier soir, vendredi 06 décembre, à quelques jours du...
1 : 23
La réforme des retraites sera présentée par le Premier ministre, Edouard Philippe, mercredi 11 décembre. Pour l'instant l'exécutif ne cède pas. En...
1 : 32
A Madrid, Greta Thunberg en appelle à la responsabilité de tous. Qui parmi les dirigeants à la COP 25 prendront des décisions fortes pour sauver le...
1 : 15
Cet après-midi, une foule exceptionnelle s'est réunie dans la capitale, comme chaque vendredi depuis 42 semaines, pour dire non à la présidentielle...